Lecture Wattpad : « Suicide Tower » par Goodnight-Lullaby

★★★☆☆

Résumé :

« Quel secret renferme la Tour ? Elle, qui pourtant avait pour seul et unique but d’aider les jeunes ayant fait une tentative de suicide de se soigner et se réinsérer, voit son nombre de résidents diminuer jour après jour. Tous sautent, les uns après les autres, heurtant le sol à une vitesse fulgurante.

Après avoir perdu l’un de ses amis et sauvé de justesse une autre sur le point de commettre l’irréparable, Lila décide de percer à jour le mystère que renferment ces murs de béton. »


Les mots sont posés. L’anti-héroïne se prénomme Lila. Un prénom doux pour une adolescente de quinze ans si tourmentée qu’elle en est venue à tenter de s’ôter la vie, s’offrant une billet d’entrée pour la fameuse Tour réputée pour aider les jeunes après une tentative de suicide. Lila est douce, plutôt calme, elle vit au jour le jour sans réellement pensé au lendemain. Accompagnée par ses amis, Charlie, Cora et Johnny, elle ne se préoccupe pas réellement des autres. Pourtant, le suicide de l’un de ses amis et la tentative d’une autre va l’obliger à se préoccuper de ce qu’il se passe vraiment entre ces murs ternes. Pourquoi tous sautent les uns après les autres ? Est-ce réellement une envie d’en finir, une envie de s’envoler et quitter cette Tour et cette vie à tout jamais ? Non ! Il y a quelque chose de bien plus gros et cela, Lila va l’apprendre bien malgré elle. Elle devient l’héroïne, celle qui va tous aider les autres sans le vouloir. Elle ne se considère pas comme une fille forte, aux épaules solides pour soutenir tout le poids qu’on lui appose. Pourtant, elle devient rapidement comme une étoile. Une petite étincelle de lumière qui réchauffe des cœurs gelés.

Tous ces jeunes ont tous eu envie de mourir un jour. Pourtant, ils vont rapidement se retrouver à se battre pour leurs vies !

Pourquoi ai-je aimé cette histoire ? Premièrement, pour le style de l’auteure. Il est fluide. Chaque phrase s’enchaîne sans que l’on ne bute sur un seul mot qui serait bien trop intellectuel pour un roman que je classifierai destiné aux adolescentes—jeunes adultes. Dans un même temps, il est précis. L’auteure utilise des phrases métaphoriques pour parler du décor et même des émotions des personnages. Pour qualifier la beauté des iris de Lila, elle ne va pas simplement utiliser le mot « bleu ». Elle va chercher plus loin, dans les profondeurs d’un océan tourmenté. Et la cerise sur le gâteau est que chacune de ses métaphores permet au lecteur de s’imprégner un peu plus de la personnalité du personnage. Que cela soit lorsque Charlie parle des yeux de Lila, nous apprenant davantage de détails sur la jeune fille, ou lorsque les murs de béton sont décrits.

Deuxièmement, l’histoire a un bon rythme. On ne passe pas dix chapitres avant d’avoir un élément d’action, mais on n’obtiens pas non plus les informations au bout de cinq phrases. On prend le temps de placer le décor et chaque phrase pour le faire nous permet d’avancer dans l’intrigue. Comme dit précédemment, chaque phrase apporte un élément de réponse sur le personnage ou le décor.

Troisièmement, les personnages sont attachants. Ce sont des enfants, des adolescents. Ils sont jeunes, fragiles, n’ont rien d’héros et pourtant, on se sentira très rapidement proche d’eux, de leurs forces ou de leurs faiblesses, de leurs désillusions à leurs espoirs, de leurs tristesses à leurs joies… On se sent presque comme l’un d’eux, on se sent presque être eux.

Ce que je pourrais « reprocher », ce sont des chapitres parfois un peu court. On dévore tellement la lecture que l’on en demande encore et encore.

Bonne nouvelle, un tome 2 est en cours d’écriture et sera publié dès la fin janvier 2016 ! Pour ceux et celles n’ayant pas encore eu l’occasion de lire « Suicide Tower », c’est le moment de découvrir une histoire qui mérite un grand succès ! J’ose espérer voir un jour cette œuvre dans une librairie en version papier.


Voici – en attendant de tenir le livre entre vos mains – quelques questions posées à l’auteure afin de la découvrir un peu plus, elle et son histoire :

1. Présente un peu qui tu es…

Je n’ai jamais été très douée pour me présenter. Je m’appelle Cécile, mais sur Wattpad et sur Twitter, je me présente plus souvent sous mon nom de plume qui est Goodnight Lullaby. Les deux noms ne me dérangent donc pas.

Sinon, quoi dire d’autre à part que j’ai 20 années ? Je suis du genre accro à mon ordinateur alors sachez que si vous voulez me contacter via Wattpad ou Twitter, vous aurez rapidement une réponse de ma part (c’est un peu triste de dépendre autant d’une machine, non ?)

Mon groupe de musique préféré est Icon For Hire. Ce groupe est très important pour moi et je trouve, personnellement, qu’ils ont les paroles les mieux écrites et les plus intelligentes de cette génération.

2. Depuis quand écris-tu ? Comment cela a-t-il commencé ? Y a-t-il eu une raison pour laquelle tu t’es passionnée pour l’écriture ?

Je vais te dire ce que je dis tout le temps : j’écris depuis que je sais parler. D’aussi loin que je me souvienne, et surtout si tu demandes à ma famille, j’ai toujours raconté des histoires. Je n’avais pas besoin d’une plume, il me suffisait juste de parler et de raconter les péripéties de mes nombreuses peluches. Sans rire, choisissez une seule peluche au hasard dans toute ma collection, je suis encore capable de vous dire son nom, son travail, ses liens familiaux avec d’autres peluches et son passé. Je suis sérieuse ! Déjà toute petite j’aimais créer des personnages. Je ne me souviens pas de comment j’en suis arrivé à vraiment poser les mots sur le papier. Je ne me souviens pas d’une seule année de ma vie où je n’étais pas accompagnée d’un cahier et d’un crayon. Si au début c’était juste pour inventer mes histoires (et peut-être faire mon intéressante), c’est vite devenu un besoin vital pour faire sortir toutes mes idées noires de la tête.

3.  D’où puises-tu ton imagination ?

Si tu parles de Suicide Tower, l’inspiration est premièrement venue en regardant un film, si jamais cela vous intéresse, il s’appelle The Scribbler. Mais pour la suite et mes histoires en général, je m’inspire de tout ce qui bouge et de mon vécu. Une histoire un peu personnelle, un peu de magie et pouf ! Un rien m’inspire. Je suis capable de rester pendant des heures à regarder par la fenêtre, car j’aurais vu un petit oiseau, un brun d’herbe, un caillou, même un coin de ciel gris et me voilà parti à imaginer une toute nouvelle histoire. J’écoute beaucoup de musique aussi quand j’écris. Des groupes avec des paroles ou sonorités différentes qui m’aident à mettre en place une atmosphère.

4. Que représente « Suicide Tower » à tes yeux ?

Suicide Tower est ma première vraie histoire dans le sens où c’est la seule que je termine avec fierté et surtout, qui a des lecteurs. Elle est surtout la première histoire que je me suis mis à écrire suite à la suite d’une pause de deux ans sans avoir repris ma plume une seule fois. C’est une histoire importante pour moi, elle réunit tous les sujets importants à mes yeux, que le message soit clair ou caché entre les lignes (suicide, perte d’espoir, classe sociale, culture, folie, etc.). C’est pour moi une manière d’extérioriser. Écrire, c’est une thérapie, la seule manière pour moi de mettre bout à bout les mots que je n’arrive pas à dire à cause de mon anxiété. C’est aussi une manière de faire passer un véritable message à la génération de maintenant, et pourquoi pas la prochaine ?

5. Quels sont les messages que tu as voulu transmettre à travers ton histoire ?

Un message d’espoir. Il y a toujours eu beaucoup de jeunes qui traversent un enfer seul et qui se réfugie dans plusieurs formes d’art, comme la musique et l’écriture. J’ai été très attristé de voir le nombre d’histoire sur Wattpad ou de compte dit « dépressif » sur twitter, ou tumblr qui parle de suicide, mutilation, tristesse, troubles alimentaires, etc. comme des impasses. Les jeunes sont de plus en plus présent sur les réseaux sociaux et son constamment le public de ce genre de messages négatifs qui ne sont pas la réalité. Il y a un toujours un espoir, il est juste parfois difficile à atteindre. J’ai d’abord commencé à écrire pour extérioriser toutes mes idées noires ou vieux souvenirs. Un genre d’auto-persuasion, un message d’espoir à moi-même. Puis je me suis dit que c’était une très bonne idée de le partager. C’est un peu vantard de dire ça, mais je veux que cette histoire soit une inspiration. Celle-là, ou encore À Ton Tour qui parle de harcèlement scolaire, un sujet qui me tient aussi énormément à cœur.

6. L’histoire met en avant deux groupes distincts (riche – pauvre, pour le dire vulgairement). Est-ce que le fait de présenter ces divergences dans l’histoire était important et en quoi cela l’était ? As-tu voulu démontré quelque chose en présentant ces deux groupes distincts ?

Ce n’était pas ma première idée. L’idée des troqueurs (ndlr. « Les pauvres ») m’est venue au cours de l’écriture et l’idée de « classe sociale » bien plus tard encore. Je voulais juste souligner que tout le monde, peu importe son passé, l’argent ou autre, est au même niveau qu’un autre. Personne n’est supérieur à personne. Prends les personnages de Lila et de Billy : il est clair que la famille de Lila a bien plus d’argent. Cela peut donner une impression que son avenir est plus grand que celui de Billy, mais non. Ça n’a rien à voir. Ils sont tous les deux des leaders et se battent pour une cause qui leur parait noble. C’est ça qui est important. D’où tu viens, ta famille, tes antécédents et le reste, n’ont aucun impact sur ta vie future. Encore une fois, je voulais rappeler ça aux jeunes. Que tout leur est possible, absolument tout, du moment qu’on s’en donne les moyens et qu’on se bat.

7. Pourquoi mets-tu en avant des personnages aussi jeunes ?

Parce que bien que n’importe quelle tranche d’âge peut se retrouver face aux pensées suicidaires, les jeunes sont énormément frappés. Avec la pression scolaire, la pression des complexes, l’envie d’être aimé, l’envie de réussir… C’est dur pour eux. Les adultes le disent pour gentiment se moquer et les « secouer », pensant qu’ils sont juste feignants, mais pas tous. Certains souffrent en silence et se réfugient dans ce qu’ils peuvent. Je voulais qu’il s’identifie aux personnages. J’ai essayé de leur donner des âges différents avec des personnalités, des opinions et des goûts différents. Je voulais que tous puissent trouver un personnage auquel s’identifier, un personnage qui leur dirait de rester forts.

8. Si tu devais résumé ton histoire en un mot, que choisirais-tu de dire ?

Dur ! Je dirais persévérance. Mais honnêtement j’ai d’autres mots en tête.

9. Pourquoi ce mot ?

Je dirais qu’il représente bien le parcours des personnages. Suicide Tower, malgré son nom, ne parle pas que de suicide. Ça parle d’amour et d’amitié, de se battre pour ce qui nous semble juste et de se serrer les coudes. Je pense que c’est ce que nous devons tous suivre, non ?

LIRE L’HISTOIRE

Publicités

10 réflexions sur “Lecture Wattpad : « Suicide Tower » par Goodnight-Lullaby

    • Alessandra__23 dit :

      Haaan mais de rien ♥
      Merci à toi ♥ Je suis contente d’avoir découvert non pas seulement ton travail, mais aussi une personne vraiment adorable, qui mérite un grand succès ♥

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s