💋 Chapitre 2

Chapitre 2

Hanna s’était rĂ©veillĂ©e avec les yeux gonflĂ©s et rouge. Les larmes de la vieille lui donnaient un air monstrueux en cette matinĂ©e. Elle ne se souvenait mĂȘme pas s’ĂȘtre endormie ni d’avoir atteint son lit.

Elle s’enferma dans la salle de bain afin d’essayer d’arranger les dĂ©gĂąts grĂące Ă  du maquillage. Elle ne prit pas la peine de se coiffer, se contentant d’attacher sa chevelure en une queue de cheval haute.

Aujourd’hui, encore, elle devrait affronter les regards compatissants. Elle devait agir comme si elle allait bien parce que mĂȘme si tout le monde savait que c’était faux, tout le monde s’en fichait de l’entendre dire la vĂ©ritĂ©.

Hanna ne dĂ©jeune pas. Elle songea Ă  prendre un cafĂ© Ă  emporter en chemin. Elle rejoignit le lycĂ©e grĂące Ă  son vĂ©hicule oĂč, Ă  peine arrivĂ©e sur place, des regards se tournĂšrent en sa direction, lui adressant des petits sourires gĂȘnĂ©s.

L’adolescente les ignora tant bien que mal. Elle slaloma entre les Ă©lĂšves pour rejoindre son casier oĂč une vieille photo Ă©tait accrochĂ©e Ă  la porte intĂ©rieure. Elle dĂ©glutit difficilement en croisant un regard sur la photographie. Si Riley, Jana et Allison Ă©taient ses meilleures amies, il y avait Ă©galement une autre personne qui lui Ă©tait proche.

D’un excĂšs de rage, Hanna dĂ©chira la photographie en deux mais garda tout de mĂȘme les morceaux qu’elle plaça au fond de son casier. Elle s’empara des livres qui lui seraient utiles pour son prochain cours avant de claquer violemment la porte du casier, attirant plusieurs regards sur elle.

Hanna s’installa Ă  la quatriĂšme rangĂ©e de la salle de cours, du cĂŽtĂ© de la fenĂȘtre. L’adolescente observa l’extĂ©rieur Ă  travers les volets presque entiĂšrement fermĂ©s Ă  cause des rayons du soleil Ă©blouissant.

Le professeur Ashley Montgomery arriva avec plusieurs minutes de retard, entraĂźnant avec elle l’arrĂȘt des bavardages des Ă©tudiants. Ashley Montgomery croisa rapidement le regard de Hanna. Elle semblait surprise de la prĂ©sence de l’adolescente. Hanna voulait simplement continuer Ă  vivre. Oui, elle Ă©tait orpheline. Oui, ces parents Ă©taient morts. Hanna aurait souhaitĂ© crier au monde entier d’arrĂȘter de la regarder, d’arrĂȘter de lui adresser ces regards compatissants et ces faibles sourires gĂȘnĂ©s. Elle voulait simplement qu’on la laisse vivre en paix.

— Rangez-tout. Ne gardez qu’un stylo. Interrogation surprise sur la derniùre matiùre apprise en cours, annonça le professeur.

Les bavardages reprirent de plus belle. Tous les Ă©lĂšves s’indignĂšrent Ă  l’exception de Hanna qui avait Ă  peine rĂ©agit. Elle se contenta de ne garder qu’un stylo et Ă  attendre patiemment que sa professeure lui distribue la feuille de test.

— Non, pas toi Hanna.

— C’est une blague ? intervenu une voix masculine au fond de la classe.

Tous les regards se tournĂšrent vers Ethan Howke, l’un de ces jeunes qui ne vivaient que pour le sport, espĂ©rant obtenir une bourse de la part d’une prestigieuse universitĂ© sportive, mais qui ne voulait pas perdre son temps Ă  obtenir de bonnes notes dans les autres matiĂšres enseignĂ©es.

— Il faut que nos parents soient morts pour Ă©chapper Ă  une interrogation ?

— Ca suffit ! s’emporta Ashley Montgomery.

— Il a raison, lñcha doucement Hanna.

L’adolescente croisa le regard de sa professeure. Cette derniĂšre Ă©carquilla les yeux de surprise.

— Vous ne pouvez pas me dispenser d’une interrogation parce que je suis la pauvre petite qui a perdu ses parents.

Hanna secoua son stylo dĂ©jĂ  apprĂȘtĂ© devant le regard Ă©bahi d’Ashley. Elle ne trouva pas de rĂ©ponse Ă  rĂ©torquer Ă  son Ă©tudiante. Elle se contenta d’un hochement de tĂȘte avant de distribuer les feuilles de test Ă  chaque Ă©lĂšve.

Hanna lança un dernier regard Ă  Ethan qui affichait un sourire satisfait. Ce n’était pas pour lui qu’elle l’avait fait. C’était pour elle-mĂȘme. Ses parents Ă©taient morts l’an dernier. Leurs corps avaient disparu du lieu du crime et n’étaient rĂ©apparus que maintenant, ce qui entraĂźna un enterrement tardif et la rĂ©ouverture d’une profonde cicatrice.

L’adolescente vivait toujours dans la maison familiale. Sa tante Emma, qui n’est d’autre que la sƓur de la dĂ©funte, ainsi que mari, MickaĂ«l, souvent absent Ă  cause de son travail, vivaient avec Hanna. Emma Gray s’occupait Ă  merveille de Hanna, essayant de l’aider Ă  surmonter ce terrible drame du mieux qu’elle le pouvait.

Les assassins de Melissa Gray et John Sampson avaient jetĂ©s les corps au fond d’un lac au milieu des bois. Ce n’est que rĂ©cemment qu’un homme de passage aperçu une main remontĂ©e Ă  la surface prĂšs de rochers. La police fut dĂ©pĂȘchĂ©e sur place. La scientifique identifia rapidement les corps comme appartenant aux parents de Hanna.

Lorsque la sonnerie du cours rĂ©sonna, les Ă©lĂšves de la salle de cours se levĂšrent prĂ©cipitamment. Chacun dĂ©posa sa feuille de test devant les yeux de leur professeure, satisfaite. Hanna ne traina pas. Elle savait que Ashley Montgomery souhaiterait lui parler, lui proposer un soutien de la part du psychologue du lycĂ©e. Hanna refusait toujours, mais elle revenait Ă  la charge dĂšs qu’elle en trouvait l’occasion. L’adolescente suivit le mouvement de ses camarades avant de quitter rapidement la salle de cours.

— On a eu des Ă©chos de ce qu’il s’est passĂ© ce matin Ă  ton cours de maths.

Hanna avait rejoint ses trois amies Ă  la cafĂ©tĂ©ria du lycĂ©e pour le temps de midi. Elle dĂ©posa son plateau Ă  peine rempli sur la table face Ă  Allison qui s’était adressĂ©e Ă  elle.

— Interrogation surprise, s’enthousiasme ironiquement Hanna. Mais je pense que ça Ă©tĂ©.

Hanna croqua dans sa pomme avant de grimacer en s’apercevant qu’elle Ă©tait bien trop farineuse Ă  son goĂ»t.

— On ne parlait pas de ça, rectifia Jana.

— Je sais de quoi vous parlez, assura Hanna. Et ce n’est pas grave. Ethan est un abruti, ce n’est pas nouveau. N’en soyez pas si surprise.

Hanna laissa sa pomme Ă  moitiĂ© entamĂ©e sur son plateau avant d’attraper une poignĂ©e de frite sur son plateau qu’elle engloutit rapidement.

— Ne me regardez pas comme. Je vais bien.

Allison croisa le regard de Jana et de Riley sans prononcer le moindre mot supplémentaire à ce sujet. Elles savaient que si leur amie voulait se confiée, elle le ferait sans la moindre hésitation.

Hanna avait suivi ses deux autres cours de l’aprĂšs-midi sans grand enthousiasme. Le cours d’anglais fut particuliĂšrement long et celui d’histoire encore davantage. Le temps semblait s’ĂȘtre suspendu. Hanna pouvait entendre les tic-tacs incessants de la grande pendule accrochĂ© au dessus du tableau devant lequel Monsieur Forbes, son professeur d’histoire, Ă©tait installĂ©.

Son professeur parlait d’un anglais extrĂȘmement lent, ce qui avait le don d’endormir la moitiĂ© de sa classe. Il Ă©tait dĂ©jĂ  bien ĂągĂ©, proche d’une retraite bien mĂ©ritĂ©e. Hanna esquissa un faible sourire en repensant Ă  l’unique fois oĂč son professeur avait augmentĂ© le dĂ©bit de sa voix.

L’adolescente avait regardĂ© son emploi du temps accrochĂ© Ă  la porte de son casier en poussant un long et bruyant soupir.

— J’ai histoire avec Forbes, avait-elle rĂąlĂ© en se tournant vers Cassandre Thomas, l’une de ses amies.

— Bon courage ! avait rĂ©pondit Cassandre en Ă©mettant un petit rire enfantin. J’ai cours de sport et on va Ă  la piscine. Mais le plus beau dans tout ça


— Ah, parce qu’il y a quelque chose de beau dans le fait de se rendre Ă  la piscine et de ne pas pouvoir prendre une douche parce que tu as cours directement aprĂšs ? l’avait coupĂ© Hanna en se moquant doucement.

— Le plus beau dans tout ça, continua Cassandre en ignorant la remarque de son amie. C’est que nous y allons avec monsieur Branson !

Cassandre avait sautillé sur place. Un large sourire illuminait son visage.

— Monsieur Branson ? avait rĂ©pĂ©tĂ© Hanna. Comment ça se fait qu’il vous accompagne
 Ă  la piscine ? Il veut vous faire Ă©crire dans l’eau ?

— Je n’en sais rien. Mais peut-ĂȘtre que de me voir en bikini l’inspire, avait plaisantĂ© Cassandre.

Hanna avait secouĂ© la tĂȘte en mĂ©langer soupir et rire. Elle s’était regardĂ© un rapide un instant dans le miroir accrochĂ© Ă  son casier au-dessus de son emploi du temps avant de refermer la porte et accompagner son amie dans les couloirs jusqu’à son arrivĂ©e au local de monsieur Forbes.

— Bon courage, avait de nouveau dit Cassandre avant de s’éclipser.

Hanna l’avait rapidement remerciĂ© avant de prendre place au fond de la classe. Son professeur n’était pas encore arrivĂ©, ce qui avait Ă©tonnĂ© les quelques Ă©lĂšves dĂ©jĂ  prĂ©sents. D’habitude, il Ă©tait dans sa salle de cours avant mĂȘme la sonnerie.

Lorsqu’il fut arrivĂ©, il avait dĂ©posĂ© sa petite mallette typique des professeurs sur le bureau, regardant une brochure qu’il tenait dans sa main restĂ©e libre. Hanna pouvait l’entendre rĂąler entre ses dents. Elle Ă©changea un regard surpris avec Riley qui s’occupait davantage de limer ses ongles avant de se dĂ©cider Ă  interpeller son professeur.

— Tout va bien, monsieur Forbes ?

— Hein ? Quoi ? avait demandĂ© le concernĂ© en relevant les yeux.

Hanna l’avait aperçu chercher d’oĂč provenait sa voix, ce qui l’incita Ă  lever rapidement la main.

— Oh, mais si, voyons ! Pourquoi ça n’irait pas ? avait-il ironisĂ©.

— Je ne sais pas
 Vous semblez nerveux.

— Nerveux ? Un autre dĂ©faut des vieux professeurs comme moi ? Je suis trop vieux pour enseigner maintenant ? Alors, pourquoi pas une petite retraite anticipĂ©e ? Regardez donc cette brochure de lieu paradisiaque pour sĂ©nior !

Hanna sursauta lorsque son professeur fit claquer la brochure sur son bureau. Il continua Ă  parler tout seul, ce qui fit doucement rire sa salle de cours. Jamais personne ne l’avait vu enchaĂźnĂ© plus de 20 mots par secondes.

L’adolescente secoua doucement la tĂȘte afin de chasser ses anciens souvenirs. Elle se concentra sur les paroles de son professeur dont le dĂ©bit Ă©tait retournĂ© Ă  une lenteur effroyable. Il n’avait pas cĂ©dĂ© Ă  ses collĂšgues et Ă  la direction qui souhaitait le voir prendre sa retraite bien mĂ©ritĂ©e. Cela faisait presque deux ans, dĂ©sormais, qu’il continuait Ă  prouver qu’il devait rester jusqu’à ce que lui en dĂ©cide autrement, au grand daim de ses Ă©tudiants qui ne faisait que rattraper leurs nuits lors de ses cours.

La journĂ©e de Hanna se termina finalement. Elle pouvait entendre les soupirs de soulagement de ses camarades de classe. Hanna passa devant son casier afin d’y ranger ses diffĂ©rents puis rejoignit le parking oĂč elle avait laissĂ© son vĂ©hicule durant toute la journĂ©e.

— Salut, Emma !

Hanna entra dans la cuisine oĂč aperçu sa tante prĂ©parer le souper.

— Bonjour, comment s’est dĂ©roulĂ©e ta journĂ©e ?

Emma avait attachĂ© ses cheveux couleur chĂątain-miel en un chignon qui menaçait de tomber Ă  chacun de ses mouvements. Elle remonta ses grandes lunettes qui glissaient sur son nez alors qu’elle lisait le livre de recette qu’elle tenait d’une main.

— Ca Ă©tĂ© et la tienne ?

Hanna s’accouda au plan de travail. Elle piocha une fraise qui trainait dans un bol prĂšs des prĂ©paratifs de sa tante.

— Pas touche ! C’est pour le dessert ! lui dit Emma en lui tapant sur les doigts.

Hanna afficha un grand sourire. Elle adorait sa tante et son cĂŽtĂ© dĂ©tachĂ©e. Elle Ă©tait ĂągĂ©e d’une dizaine d’annĂ©es de moins que Melissa, mais avaient toujours Ă©tĂ© proches malgrĂ© cela.

— L’enquĂȘte est officiellement close, lĂącha soudainement Emma.

Elle ne quitta pas ses préparatifs des yeux, mais avait posé son livre sur le cÎté.

— Ils l’avaient officieusement clos de toute façon.

L’adolescente haussa les Ă©paules. Son regard se perdit tristement. Emma dĂ©tacha son regard durant quelques secondes de ses prĂ©paratifs afin d’observer sa niĂšce. Elle comprit rapidement que sa tristesse Ă©tait toujours bien prĂ©sence – ce qui est tout Ă  fait normal dans ces circonstances – malgrĂ© ce que Hanna essayait de laisser percevoir. Elle n’allait pas bien. Tout le monde le savait, peu s’en souciait.

Emma avait Ă©galement perdu sa sƓur et son beau-frĂšre. La douleur ne pouvait pas ĂȘtre comparĂ©e Ă  celle que ressentait une fille en perdant ses parents, mais elle pouvait facilement imaginer Ă  quel point elle souffrait et Ă  quel point elle aurait de nombreuses difficultĂ©s Ă  aller de l’avant.

Emma voulait ĂȘtre lĂ  pour elle, mais comment aider une personne qui souffre lorsqu’on souffre soi-mĂȘme ? Au moins, elle avait MickaĂ«l malgrĂ© ses frĂ©quentes absences. Hanna Ă©tait seule. Elle avait ses amies, certes. Ses trois meilleures amies qui Ă©taient extrĂȘmement prĂ©sentes. Mais Emma savait pertinemment bien que ce n’était pas d’elles que sa niĂšce avait besoin. Elle avait besoin de ses parents. Les seuls ĂȘtres qu’elle ne pourrait plus jamais solliciter.

Lorsque nous sommes adolescents, nous rejetons souvent nos parents pour diverses raisons – futiles ou intelligentes. Nous imaginons que nos parents sont immortels et que nous vieillirons Ă  leurs cĂŽtĂ©s, qu’ils seront encore prĂšs de nous lorsque nous poussons notre dernier souffle. On ne pense jamais assez Ă  la possibilitĂ© que nos parents disparaissent plus tĂŽt que prĂ©vu. Et surtout pas dans des conditions aussi sauvages que celles vĂ©cues par Hanna. Un meurtre de sang froid Ă©tait sans doute la pire maniĂšre de perdre ses parents.

Emma garda son regard sur sa niĂšce. Son sourire avait disparu tout comme la brillance dans ses yeux. Elle voulait se montrer forte, presque sans cƓur afin de s’empĂȘcher de ressentir la moindre Ă©motion. Qui pourrait ĂȘtre fort dans cette situation ? Ses yeux dĂ©viĂšrent sur son bol oĂč elle avait placĂ© plusieurs fraises pour le dessert de ce soir. Elle tendit le rĂ©cipient sous le nez de sa niĂšce. L’odeur du fruit rouge lui fit relever le menton. Un lĂ©ger sourire se dessina sur son visage avant qu’elle ne pioche une deuxiĂšme fraise.

→ Épisode suivant

Publicités

10 réflexions sur “💋 Chapitre 2

    • Alessandra dit :

      C’est sĂ»r… les enfoirĂ©s, ça court les rues…
      J’avais oubliĂ© qui c’Ă©tait Ethan x) dans presque toutes mes histoires, je sors souvent un Ethan qui est un enfoirĂ©… Faudrait que je me diversifie un peu lol ^^

      J'aime

  1. histoirescecile13 dit :

    Texte trĂšs Ă©mouvant. On voit les diffĂ©rentes Ă©tapes de souffrance de notre hĂ©roĂŻne. Et puis il y a ce meurtre effroyable. Mais qui as pu commettre un tel crime ? En plus de cette maniĂšre. Ça fait froid dans le dos et ça donne envie de connaĂźtre la suite de ton histoire. PS: j’ai notĂ© quelques fautes : en gĂ©nĂ©ral ça me gĂȘne de parler de ça. Je prĂ©fĂšre commenter sur le texte. Voici ce dont je me souvienne : vieille = veille. Puis j’en ai vu d’autres. Mais comme je me trouve dans un transport en commun. ..je n’ai pas pu les noter sur papier. Mais tout ce que je peux te dire : j’ai aimĂ© les instants oĂč tu dĂ©cris fort bien les sentiments de l’hĂ©roĂŻne. Il y a beaucoup d’Ă©motion. ….. on ressent la fragilitĂ© de notre hĂ©roĂŻne mais aussi sa grande force aussi bien intĂ©rieure qu’extĂ©rieure….j’adore la fin du chapitre : lorsque sa tante lui tend le bol de fraises…elle lui tend l’espoir et la vie !….merci pour cette lecture. Gros bisous Ă  toi. PS: j’aurais juste une petite remarque. Pourrais tu publier tes chapitres vers 19h00 ? Mais je comprendrai si tu refusais. Prends bien soin de toi. Bisous

    J'aime

    • Alessandra dit :

      Coucou CĂ©cile 🙂 Un tout grand merci pour ton commentaire 🙂
      Waaaw, gĂ©nial ! Tu as su voir les messages derriĂšre les images trĂšs simplistes (comme l’histoire du bol de fraise :))
      Merci pour la faute. J’espĂšre qu’elles ne gĂȘnent pas trop ta lecture, car je sais qu’il y en a beaucoup 😩
      Pour ce qui est de la publication vers 19h, oui, sans aucuns soucis, je vais changer la programmation et les mettre pour 19h 🙂
      Prend soin de toi CĂ©cile 🙂 encore merci, gros bisous ❀

      Aimé par 1 personne

      • histoirescecile13 dit :

        Merci beaucoup Alessandra ! C’est trĂšs gentil de ta part ! J’ai bien accrochĂ© avec ton histoire et sache que d’ores et dĂ©jĂ  je ne manquerai pas de lire chaque chapitre. Si jamais je ne pourrai pas les lire au jour le jour. Je me rattraperai toujours. Ne t’inquiĂšte surtout pas. Cela dĂ©pendra de mon emploi du temps. Je suis trĂšs intĂ©ressĂ©e par ton histoire alors ce n’est pas grave du tout pour les fautes. J’aime le sujet et quand j’aime je lis. Je t’apprĂ©cie beaucoup Ă©galement. DerriĂšre tes Ă©crits je dĂ©couvre une jeune fille pleine d’imaginations et de talents. Peut ĂȘtre qu’un jour tu publieras tes oeuvres Ă  moins que ce ne soit dĂ©jĂ  fait ! Crois toujours en tes rĂȘves. Moi on m’a souvent dĂ©couragĂ©e mais j’ai toujours suivi ma route ! Gros bisous Ă  toi Alessandra ♄♄

        Aimé par 1 personne

      • Alessandra dit :

        Il n’y a pas de soucis si tu prends du retard, je comprendrais 🙂 merci beaucoup de prendre le temps de lire cette histoire. Pour tout te dire, je l’ai Ă©crite en aoĂ»t, et c’est devenu mon gros bĂ©bĂ© car c’est l’une des seules histoires que j’ai terminĂ© oĂč je me suis attachĂ©e Ă  mes propres personnages. J’ai mĂȘme eu beaucoup de mal Ă  terminer, et je l’ai mĂȘme un peu rĂ©Ă©crite (rajout de chapitres, ce genre de choses).
        Je n’ai encore jamais publiĂ© d’oeuvre, mais j’aimerais beaucoup le faire un jour 🙂 c’est l’un de mes plus grands rĂȘves, et je te remercie de contribuer Ă  la joie que m’offre l’Ă©criture en prenant le temps de lire et commenter ❀
        Tu as raison de suivre ta route, peu importe les découragements !
        Gros bisous Ă  toi CĂ©cile, et encore un grand merci <3<3

        Aimé par 1 personne

      • histoirescecile13 dit :

        Merci beaucoup ma Alessandra. J’espĂšre que ton rĂȘve se rĂ©alisera ! Et pourquoi pas ce roman que tu as Ă©crit justement ! En tous les cas, c’est trĂšs prometteur ! Je t’embrasse bien fort et encore merci pour ce partage que tu nous offres ! Gros bisous Alessandra ♄♄

        J'aime

      • Alessandra dit :

        Tu es adorable, CĂ©cile ! ❀
        Justement, je pensais fortement Ă  auto-publier ce roman. Mais j'ai un peu peur… D'abord, je le passe Ă  la case "correction", et puis je verrai d'ici lĂ  🙂 merci pour tes encouragements
        Gros bisous <3<3

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s