💋 Chapitre 6

Chapitre 6

— Theo Reyes ?

Ryan Scott venait d’entrer dans le vestiaire où il croisa le regard de Theo. L’adolescent avait débuté les cours aujourd’hui et commençait par le sport. Il n’était pas très à l’aise lorsque Ryan l’enlaça amicalement. Ses pensées étaient tournées uniquement vers Hanna. Il était passé devant chez elle, hier soir, s’était arrêté puis était reparti avant de revenir. Il avait fait au moins trois fois le tour du patté de maison sans jamais oser sortir de son véhicule et affronter les paroles blessantes que devaient certainement préparés la jeune fille.

— Ca date, dit simplement Theo.

Ils détachèrent leur étreinte amicale. Ryan posa lourdement son sac de sport sur le banc bois et en sortit sa tenue de sport.

— Ca te dit de rejoindre l’équipe ? demanda le capitaine de basket-ball.

— C’est un peu tard, non ?

— Non. Le coach prolonge les tests d’admission jusqu’à la mi-octobre parce qu’on de nos joueurs s’est méchamment blessé.

Le visage de Ryan se déforma en une grimace. Theo comprit que la blessure avait dû être violente mais il ne posa pas davantage de questions à ce sujet.

— Je ne sais pas, répondit Theo d’un ton légèrement agacé.

— Tu es encore dans les temps, mais ne traîne pas trop si tu veux en être. Crois-moi, il y a déjà pas mal de candidats potentiels.

Ryan marqua une pause afin d’ingurgité une gorgée d’eau de sa bouteille.

— Je te connais, Theo. Et je suis le nouveau capitaine donc j’ai aussi mon mot à dire sur les recrues. Et maintenant que tu es de retour, j’aimerais que le sois aussi parmi nous.

— Je vais y réfléchir, promit Theo.

Ryan hocha la tête en esquissa un sourire satisfait. Theo baissa le regard en attendant le début de cours. Il n’avait aucune de ce qu’il voulait faire. Ses pensées étaient obnubilées par Hanna. Le basket-ball n’était pas ses préoccupations actuelles. Il aimait ce sport, certes, mais il aimait encore davantage Hanna.

Suivre les pas de Dean Crane, son ancien capitaine, était l’un de ses rêves avant son départ. Mais beaucoup de choses changent en douze mois, parfois même en une seule soirée. Notre vie peut basculer du jour au lendemain sans que nous nous rendions compte de comment cela est arrivé. Et parfois, nous arrivons à un point de non-retour.

Theo ne voulait pas être sous les feux des projecteurs, même si ceux-ci n’étaient qu’au gymnase de son lycée. Il préférait rester dans l’ombre et avait une bonne raison de le souhaiter.

L’adolescent releva les yeux lorsqu’il aperçu Ryan se lever. Il aperçu son ancien coéquipier quitter le vestiaire en trottinant sans un mot de plus à son égard. Ryan regrettait que Theo n’accepte pas tout de suite sa proposition de rejoindre l’équipe. Il savait qu’il n’avait la meilleure des équipes cette année et la présence de Theo pourrait sans doute améliorer les prestations. Ryan en avait besoin. Le basket-ball était sa vie. C’était sa plus grande passion, celle qui faisait de lui la personne qu’il est et qu’il deviendra.

Ryan repensa à Dean Crane, la star de leur lycée. Aujourd’hui, il avait quitté le lycée et avait rejoint l’université de Harvard. Il était connu pour être le meilleur meneur de leur lycée depuis au moins quinze ans. Theo était déporté au poste d’ailier fort ou sur le banc. Tout le monde connaissait pourtant ses qualités, Dean Crane le disait lui-même. Pourtant, Theo restait dans l’ombre. Aujourd’hui, Ryan voulait lui donner sa chance car il savait qu’il éprouvait la même passion pour ce sport que lui. Theo ne serait pas lui s’il n’avait pas le basket dans sa vie. Ce que ne savait pas Ryan, c’est qu’il n’était pas non plus Theo sans Hanna dans sa vie.

Ryan se rappela du jour où il avait aperçu Theo s’entraîner comme un meneur. Ce fut le moment où il comprit que Theo serait le nouveau Dean Crane. Le lycée ne devrait pas attendre quinze années supplémentaires pour retrouver un joueur digne des plus grands basketteurs du pays – voire du monde.

L’année suivante, Dean Crane avait intégré l’université de Harvard et Theo s’était évaporé sans un mot. Personne ne savait où il était partit. Pas même sa meilleure amie, Hanna Sampson. Ryan savait à quel point les deux adolescents étaient proches, mais il n’avait aucune idée d’à quel point ce départ fut douloureux autant pour l’un que pour l’autre.

Hanna ne s’était pas rendue au lycée ce matin. Elle avait cours de français, mais l’un de ses camarades de classe lui avait annoncé son absence. Hanna s’était réveillée avec un énorme mal de tête. Elle regarda rapidement l’heure et devina qu’elle serait seule dans la maison puisque Mickaël était en voyage d’affaire et qu’Emma travaillait.

Lorsque l’adolescente descendit d’un pas lourd dans le salon afin de s’y installer, elle sursauta en apercevant sa tante.

— Tu n’étais pas censée travailler ? s’étonna Hanna.

— Et toi, tu n’étais pas censée te rendre en cours ?

— Pourquoi tu parles aussi fort ? grimaça Hanna en massant doucement ses temps.

Hanna se rendit dans la cuisine, sa tante sur ses talons. Elle se servit un grand verre d’eau qu’elle bu d’une traite.

— Tu bois de l’eau ? Ou tu préfères la vodka ?

— Pourquoi cette question ?

Hanna fronça les sourcils. Elle sentit son cœur battre à la chamade. Le regard sombre de sa tante signifiait qu’elles allaient avoir une conversation sérieuse et elle n’en n’avait aucunement envie. Du moins, pas ce matin. Pas aujourd’hui. Si possible – et elle savait que ça ne l’était pas – jamais.

— Tu es rentrée extrêmement tard des cours hier, fit remarquer froidement Emma.

— J’étais avec Riley. Je n’ai pas vu l’heure passé.

— Je sais que c’est faux, Hanna. J’ai téléphoné à toutes tes amies et aucunes ne savaient où tu étais. J’ai prétexté une excuse bidonne pour qu’elles ne s’inquiètent pas.

— Ok, j’avais besoin d’être seule et je n’ai vraiment pas vu l’heure passée…

— Hanna, tu étais complètement saoule ! Heureusement que j’étais présente pour t’aider à monter dans ta chambre. Tu sais que tu as même pratiquement ouvert la chambre de…

— Ne prononce pas son prénom ! coupa Hanna.

Emma bredouilla une rapide excuse entre ses dents. Elle savait que même si sa nièce avait commis une erreur hier soir, elle ne pouvait pas parler de ce sujet sensible. Elle scruta longuement Hanna. L’adolescente avait placé son verre dans le lave-vaisselle avant de s’installer à la chaise de la table de la cuisine. Elle avait enfuit son visage dans ses mains avant de croiser de nouveau le regard perçant d’Emma.

— Hanna, crois-moi, je sais que cette situation est très difficile pour toi. Elle l’est pour moi aussi, d’une façon différente évidemment. Je pensais que ça allait mieux après notre après-midi de ce week-end. Et te rendre saoule… ça ne te ressemble tellement pas…

— Mon professeur était absent ce matin. C’est pour ça que je ne suis pas en cours.

Sur ces paroles, Hanna se leva brusquement. Elle fit grincer la chaise qu’elle remit en place sous la table puis quitta rapidement le domicile. Elle entendit les appels d’Emma qui tentait de la retenir, mais elle les ignora.

— Bon sang ! râla Emma en secouant sa chevelure.

Emma s’installa sur une chaise avant de s’emparer de son téléphone portable. Elle n’appellerait pas Hanna car elle savait qu’elle n’obtiendrait aucunes réponses de la part de sa nièce.

A la place, elle téléphona à Mickaël qui se trouvait à Los Angeles pour son travail. Elle patienta plusieurs sonneries durant lesquelles son pied tapait bruyamment contre le carrelage de la cuisine.

— Bonjour, mon cœur.

Elle entendit la voix douce de son époux, ce qui lui fit instinctivement sourire.

— Bonjour, Mickaël. Tu vas bien ?

— Tout va bien et toi ? Hanna ?

— Justement, en parlant de Hanna…

— Tu m’inquiètes, que se passe-t-il ? interrogea Mickaël.

— Je voulais savoir si tu rentrais bientôt ?

— Le contrat n’est pas encore totalement bouclé donc je ne pense pas avant au moins la semaine prochaine. Mais pourquoi ? Que se passe-t-il ?

— Hanna est rentrée saoule hier soir. Je pense qu’elle aurait bien besoin d’une figure masculine.

Emma entendit son époux soupirer à l’autre bout du fil. Aucuns d’eux ne prononça le moindre mot durant plusieurs secondes.

— Je vais essayer de rentrer plus tôt, mais je ne peux rien promette. Hanna a surtout besoin d’attention plus que d’une figure féminine ou masculine. Elle a besoin de toi, Emma.

— Je l’ai emmené faire du shopping samedi. Elle semblait aller beaucoup mieux pourtant, hier… je ne sais pas… j’ai l’impression que quelque chose s’est passée. J’ai téléphoné à ses amies… Riley semblait inquiète, mais je suppose que c’était parce que je lui ai demandé si elle savait où était Hanna…

— Essaye de discuter avec Hanna de façon calme. Ne la brusque pas, ne lui reproche pas des choses même si elle est en tort. Hanna est une fille intelligente, elle sait qu’elle ne devait pas boire. Si elle l’a fait, c’est certainement pour une raison précise que tu dois découvrir en lui montrant que tu es là pour elle.

— Je vais essayer de faire de mon mieux, souffla Emma.

— Tu me manques énormément.

— Toi aussi, mon amour. Reviens vite !

— Je vais essayer, je te le promets. Par contre, je suis désolé mais je vais devoir raccrocher car je vais entrer en rendez-vous. A bientôt. N’hésite pas à me joindre s’il se passe la moindre chose ou tout simplement si je te manque.

— Je n’y manquerai pas. Je t’aime.

— Je t’aime, raccrocha Mickaël.

Mickaël Holbrook voyageait souvent dans tous les Etats-Unis, parfois même en Europe, à la recherche de nouveaux contrats. Actuellement, il se trouvait à Los Angeles afin d’essayer de décrocher un contrat avec un sportif puisqu’il exerce la profession d’agent. Cela faisait déjà une semaine qu’il était parti, manquant l’enterrement des parents de la nièce de son épouse. Il s’en voulait de ne pas avoir pu être présent, mais son travail lui demandait beaucoup plus de sacrifices qu’il ne l’aurait cru lorsqu’il a débuté sa profession.

La journée s’était écoulée lentement dans l’esprit de Theo. Il était seize heures lorsqu’il franchit le seuil de la porte de sa maison. Sa mère était présente et préparait à manger. Il embrassa furtivement sa joue avant de se servir un verre d’eau.

— Tu travailles encore cette nuit ? questionna-t-il.

Son regard se posa sur le courrier posé sur la table de la cuisine. Jennifer se tourna vers son fils. Elle l’aperçu observer les nombreuses factures encore impayées.

— Oui, soupira-t-elle.

Elle lui arracha doucement les enveloppes de ses mains et les plaça sur un meuble.

— Je vais me trouver un travail d’étudiant, annonça Theo en s’installant sur la chaise de la cuisine.

— Non, tu n’as pas à faire ça. Ce n’est pas ton rôle.

— Je veux être l’homme de la famille et un véritable homme aiderait sa mère à payer les factures.

— Theo…

Jennifer poussa un profond soupir avant de se retourner vers ses casseroles qui commençaient à bouillir.

— Concentre-toi sur tes études. Obtiens une bourse universitaire et rejoint Duke ! s’exclama-t-elle en coupa le gaz.

— Et toi ? Je vais te laisser mourir de faim parce que tu n’auras pas assez d’argent pour t’acheter un repas et plus d’énergie pour travailler ?

— J’ai pensé que nous pourrions déménager…

Jennifer filtra l’eau de sa casserole où cuisaient les pâtes. Elle tournait le dos à son fils, mais pouvait facilement imaginer son regard attristé.

— Cette maison est bien trop grande pour nous deux. Les loyers des appartements ne sont pas très élevés dans la région. On peut vendre cette maison ou la louer pour avoir de l’argent de côté. Tu en dis quoi ? questionna Jennifer en se retournant.

Theo ne répondit pas. Il se contenta de pousser un soupir bruyant en baissant les yeux. Jennifer s’installa sur une chaise aux côtés de son unique fils. Elle lui attrapa les mains et les serra contre les siennes.

— On s’en sortira, Theo.

— Tu es sûre ? demanda-t-il.

— Je te le promets.

→ Épisode suivant

Publicités

5 réflexions sur “💋 Chapitre 6

  1. histoirescecile13 dit :

    J’aime toujours autant te lire. Je vois qu’Hanna est très bouleversée d’avoir revu Théo. C’est triste qu’elle se soit mise à boire. Peut être est ce un peu excessif pour une jeune adolescente. Hâte de découvrir la suite. … merci pour ce partage. Gros bisous Alessandra ♥

    J'aime

    • Alessandra dit :

      Ce n’est arrivé qu’une fois, mais c’est vrai que c’est excessif. Disons, elle s’est dit qu’elle avait besoin de faire le vide et elle s’est retrouvé à commettre cette erreur en pensant que ça allait résoudre ses problèmes. Mais elle est intelligente et sait déjà que ce n’était pas la bonne chose à faire. On apprend de ses erreurs, n’est-ce pas 🙂
      Merci à toi, bisous Cécile ♥

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s