💋 Chapitre 10

Chapitre 10

Le bruit du rebond du ballon sur le parquet synthétique du gymnase le faisait vibrer sous les pieds des élèves qui s’amassaient dans la grande salle. Le bruit pouvait presque être comparé au battement d’un cœur haletant, comme si l’individu avait couru très vite, comme s’il échappait à quelque chose, comme s’il échappait à la réalité.

L’équipe de basket se retrouva mélangée aux filles de terminales qui avaient cours de sport et qui attendaient patiemment leur professeur dont elles pouvaient déjà l’entendre râler depuis l’intérieur de son vestiaire réservé.

— Votre prof n’est pas là ? questionna Ryan.

— Elle se change. Pourquoi ? répondit une élève en stoppant ses étirements.

— Parce qu’on a besoin du gymnase pour les tests d’admission.

Ryan se tourna vers les garçons qui patientaient derrière lui. Certains s’entraînaient déjà à leurs tirs alors que d’autres semblaient nerveux.

— Vous allez avoir difficile parce que nous avons cours maintenant.

Ryan poussa un profond soupir. Il râla intérieurement contre l’organisation du lycée qui n’avait jamais été un point fort. Madame Jenkins arriva presque en courant quelques instants plus tard, certainement attirée par les bruits du ballon qui ne cessait de rebondir, produisant un écho dans tout le gymnase.

— Qui vous a mis sur le planning en même temps que mon cours ? rugit-elle.

— C’est moi, lui répondit un homme d’une trentaine d’années.

Tous les regards se tournèrent vers le dernier arrivant.

— Coach Reynolds, salua poliment Ryan.

— Ryan, occupe-toi d’organiser un ordre pour les tests. Je m’occupe de madame Jenkins ici présente.

Les deux professeurs de sport se livrèrent un duel de regard durant le temps où Ryan décida de s’éclipser avant de se retrouver assassiner par les fusils chargés à bloc qui avaient remplacés leurs yeux.

— De quel droit ? s’énerva madame Jenkins d’une voix basse.

— On a besoin du gymnase pour nos tests d’admission. Pourquoi vous n’allez pas dehors ? Il fait beau !

— Parce que je déteste aller dehors, Nate !

— S’il te plait ? demanda-t-il en lui faisant les yeux doux.

— C’est bon pour cette fois !

Elle tourna les talons avant de se retourner une dernière fois vers le coach.

— Mais ne t’y habitue pas ! Une fois, pas deux ! prévint-elle en levant son index en sa direction.

Le coach la remercia avant de se mêler à ses garçons. Madame Jenkins entraîna ensuite ses filles vers le parc derrière le lycée pour leurs deux heures de cours.

— Je sens qu’on va encore prendre plus cher que d’habitude, grimaça une élève en passant aux côtés de Hanna et Allison, restées silencieuses.

Le coach Reynolds observa sa collègue quitter le gymnase avant de s’installer sur un siège. Il attrapa un bloc note qu’il plaça sur ses genoux. Quelques joueurs de l’équipe actuelle de basket-ball s’installèrent derrière lui sauf Ryan qui lui fit face.

— Coach, j’ai quelqu’un à vous proposer pour notre équipe avant que nous commencions les tests, annonça-t-il.

— Qui ?

— Un nouveau meneur qui vous fera oublier le talent de Dean Crane, répondit Ryan en bombant son torse.

— Je ne pense pas cela possible. Où est-il ?

Le coach regarda derrière son capitaine. Il croisa les regards des éventuelles futures recrues et poussa un soupir agacé qu’il ne chercha même pas à dissimuler.

— Justement… grimaça Ryan en ébouriffant ses cheveux.

— Justement quoi ?

— Il n’est pas là. Il hésite encore à rejoindre l’équipe, mais…

— Mais s’il hésite, il n’est pas des nôtres, coupa le coach.

Ryan grimaça une nouvelle fois. Le coach était très difficile à convaincre, c’est pourquoi il ne cessait de soupirer en observant les éventuelles recrues. Ryan s’installa au côté du coach sans rajouter le moindre mot. Il espérait sincèrement que Theo rejoigne l’équipe d’ici une décision définitive du coach.

— Allez ! Plus de nerfs ! beugla le coach en s’adressant à un garçon qui venait de rater son panier.

Le bleu du ciel faisait plisser les yeux des élèves qui se dirigeants sans grandes convictions vers le parc derrière le lycée. Les arbres apportaient une légère brise qui ne déplaisait pas à Hanna par cette vague de chaleur californienne dont elle était pourtant habituée en dix-sept années d’existence.

La poignée de fille trottinaient presque afin de suivre le rythme de marche de leur professeur. Elle avait beau être âgée d’une soixante d’années, elle était encore très en forme, parfois même davantage que certaines filles du lycée.

Madame Jenkins avait un très mauvais caractère. Son humeur ne semblait jamais déviée vers la joie et son visage l’affichait bien avec ses lèvres fines toujours pincées. Ses yeux étaient d’un bleu transparent qui réussissait à mettre mal à l’aise les personnes qui croisait son regard durant plus d’une minute, surtout lorsque la conversation s’enflammait. Elle avait un physique d’athlète, grande et musclé comme il le faut. Elle avait grandi avec le sport, vouant sa vie entière à une activité physique. Dans son jeune âge, elle était reconnue pour avoir été championne de gymnastique rythmique, puis elle s’était reconvertie en professeur du sport où elle avait jadis étudié.

— Commencez par trottiner puis vous accélérez la cadence.

— On trottinait déjà, râla une élève entre ses dents.

Les autres filles n’émirent aucuns commentaires face à la demande de leur professeur. Madame Jenkins semblait avoir perdu de son entrain en arrivant dans le parc. Elle détestait faire du sport dehors. Personne ne savait pourquoi.

Hanna et Allison ne parlèrent plus de Theo de tout le cours. Elles échangèrent à peine quelques mots lorsqu’elles furent sûres de ne pas être entendues par leur professeur qui leur demanderait de cesser leurs bavardages.

Les deux amies s’étaient installées sur les tables de dehors où elles déjeunaient parfois après leur cours de sport. Elles sortirent leurs notes afin de commencer leurs premiers devoirs de l’année. Elles furent rapidement rejointes par Riley et Jana.

— Vous allez bien, les filles ? interrogea Jana.

La rousse se laissa lourdement tomber sur le siège dur et métallique. Elle grimaça en relevant doucement ses fesses qui semblaient avoir reçu un coup douloureux.

— Je suis en plein devoir de biologie, expliqua Allison d’un ton enjouée.

— S’il te plait, ne nous en dis pas plus ! la stoppa Riley en levant les yeux au ciel.

La blonde détestait les cours scientifiques et mathématiques. Elle observa sa meilleure amie, Hanna, qui ouvrait un emballage d’un biscuit qu’elle chiffonna bruyamment entre ses doigts.

— Tu manges quoi ? Ca sent le moelleux au lait ! s’enquit Riley en tendant sa main.

Elle la supplia de ses grands yeux bleus de lui donner un bout, mais Hanna refusa en avalant rapidement son biscuit mou.

— Je sors du sport. J’ai besoin de plus de force que toi, lui dit Hanna.

Riley fit tomber sa main qui claqua sur la table. Elle afficha une petite moue boudeuse qui fit rire Jana.

— Au fait, Hanna ? commença Allison en relevant son menton vers son amie.

— Tu veux continuer la conversation de tout à l’heure ? comprit-elle en poussant un soupir.

— Je ne veux pas te forcer la main, mais ça m’intéresse…

— Quelle conversation ? interrogea Riley.

— Pourquoi je ne suis jamais au courant ? rajouta Jana.

— Parce que tu n’étais pas là, renchérit Allison.

— Si, elle était là. C’était ce matin. J’ai parlé à Theo…

— Mais pourquoi elles sont au courant et pas moi ? s’attrista Allison en faisant une petite moue.

— Parce que tu n’étais pas là, se moqua Jana.

Les deux amies échangèrent un regard en plissant leurs yeux avant de regarder Hanna. Elle resta silencieuse quelques instants avant d’expliquer la conversation échangée avec son ami d’enfance. Elle se questionna silencieusement sur le terme à employer lorsqu’elle parlait de lui. Un ami ? Une connaissance ? Un inconnu ?

La journée du jeudi s’écoula sans encombre. Hanna n’avait pas croisa la route de Theo de toute la journée et s’était surprise à se demander s’il n’était pas reparti comme il l’avait fait l’année passée. A cette pensée, elle sentit son cœur pincer. Elle ne supporterait pas un second départ précipité de… elle n’avait toujours pas trouvé le mot qui conviendrait à la relation qui la lie au jeune garçon. Un ancien ami serait peut-être le terme idéal, mais elle ne souhaitait pas l’utiliser. Une connaissance ne sonnait pas très joliment à l’oreille et un inconnu ne lui convenait pas. Theo. Sa relation avec lui n’entraînerait que la prononciation de son prénom. Elle hocha la tête d’approbation alors qu’elle se trouvait seule dans les couloirs. Certains la regardèrent avec des yeux surpris de son geste, mais elle les ignora totalement. Elle restait perdue dans ses profondes pensées lorsqu’elle aperçu Brooke Barnes se diriger vers elle. Hanna avait presque oublié que c’était ce soir qu’elle organisait sa soirée chez elle.

Hanna lui avait déjà confirmé sa présence, et elle recommença lorsque la capitaine des cheerleaders lui posa de nouveau la question. Mais depuis sa conversation avec Theo, elle n’avait plus réellement envie de se rendre à une soirée. Emma le lui avait autorisé à condition qu’elle ne boive pas la moindre goutte d’alcool, chose qu’elle promit, mais sa motivation était retombée.

Hanna se retrouva à nouveau seule après le passage éclair de Brooke. Elle poussa un soupir en rejoignant le couloir bleu de casiers. Hanna se dirigea vers le sien. Elle entra la combinaison de son cadenas et ouvrit la porte métallique qui ne cessait de grincer à chaque fois qu’elle l’ouvrait et le refermait.

— Tu devrais mettre un peu d’huile.

Hanna se raidit lorsqu’elle entendit cette voix masculine qu’elle ne connaissait que trop bien derrière son dos. Elle pouvait sentir sa présence derrière elle, ce qui augmenta considérablement les battements de son cœur. Elle resta dos à Theo. Elle ne voulait pas croiser son regard. Elle ne pouvait pas. Son retour ne l’avait pas rempli de la joie immense qu’elle aurait pu imaginée. Durant toute la dernière année écoulée, elle s’était imaginée le revoir sur le seuil de sa porte. Elle avait imaginait la scène parfaite où elle croisait le regard de l’adolescent qui s’excusait milles fois, et elle se jeter dans ses bras, lui murmurant à quel point elle avait besoin de lui et qu’elle ne lui en voulait pas. Ce n’est jamais arrivé. Il n’est pas revenu et leurs retrouvailles se sont effectuées en plein milieu d’un couloir grondé d’étudiants avides de potins en tous genres à poster sur Facebook.

— J’essayerai d’y penser, répondit sèchement Hanna.

Elle sentit la présence de Theo s’adosser aux casiers derrière la porte ouverte du sien. Elle le sentit beaucoup trop proche d’elle. Elle pouvait deviner ses gestes habituels tels que sa façon de passer sa main sur sa barbe naissante ou dans ses cheveux châtain. Hanna se mordilla la lèvre inférieure jusqu’à ce qu’elle sente le goût de son propre sang sous sa langue. Elle resta le visage caché dans son casier, sans prononcer le moindre mot. Seule sa propre respiration haletante bourdonnait dans ses oreilles.

— Ryan me veut dans l’équipe de basket-ball, raconta Theo.

Theo éclata d’un léger rire qui dévoilait davantage une nervosité grandissante qu’une plaisanterie. Il s’amusait à descendre puis remonter la fermeture éclair du gilet de sweatshirt noir qu’il portait. Ce fut le seul bruit qu’il entendait. Hanna ne lui parlait pas. Elle ne le regardait pas non plus.

— Je ne sais pas si je veux revenir dans l’équipe, avoua-t-il. J’adore ça ! Mais…

Hanna sentit une grosse larme coulé sur l’arrête de son nez, s’arrêtant quelques instants sur son bout arrondi avant de s’écraser sur sa chaussure. Elle ferma les yeux afin de retenir le reste des larmes qui menaçaient de coulées.

Theo s’était arrêté de parler. Il ne regardait plus la porte du casier qui masquait le visage de Hanna. Ses yeux observaient le carrelage de couleur taupe clair. Son regard resta attiré par une tâche sombre qu’il cru apercevoir avant de relever les yeux vers la porte du casier de Hanna.

Les deux adolescents étaient les seuls restants dans le couloir puisque les autres se trouvaient tous à la cantine ou dehors pour leurs temps de midi. Hanna était venue déposer ses livres de cours et n’avait plus osé bougée depuis l’arrivée de Theo.

— Tu as été invité à la soirée de… Je ne sais même plus comment elle s’appelle…

— Brooke, répondit Hanna dans un murmure.

Une larme s’écrasa sur sa lèvre inférieure. Elle l’avala en passant doucement sa langue par-dessus.

— Brooke, répéta-t-il.

Theo observa la porte du casier comme s’il espérait que ses yeux enverraient de l’acide sur la porte et qu’il puisse croiser le regard de Hanna.

— Je lui ait dit que j’irai, dit Hanna sans savoir pourquoi elle lui disait cela.

Theo avait esquissé un sourire que seul lui pouvait voir.

— J’ai l’impression d’être un étranger depuis que je suis rentré, avoua Theo.

Son regard s’était à nouveau évaporé vers un point inconnu sur le carrelage.

— Je traine avec les gars de l’équipe, mais je me sens comme… la cinquième roue du carrosse.

Hanna ferma les yeux une nouvelle fois avant de refermer son casier devant son nez d’un geste presque brusque. Le grincement de la porte lui arracha une petite grimace. Theo releva ses yeux vers elle. Il ne croisa pas son regard masqué par les mèches de ses cheveux qui tombaient sur son visage.

— Pourquoi tu me racontes ça ? demanda Hanna dans un soupir.

— Je ne sais pas, confessa Theo en haussant les épaules.

Hanna releva doucement son visage, mais elle gardait ses yeux baissés sur le sol. Elle aperçu les baskets blanches aux lignes noires que portait Theo, puis son jeans brute avant de remonter vers le gilet noir qu’il portait. Hanna croisa d’abord le menton de Theo avant de croiser ses yeux.

— Parce que, malgré tout, il n’y a pas une seule autre personne à qui j’ai envie de parler de ça.

Hanna soutenu son regard. Elle resta silencieuse devant la confession de Theo. L’adolescente se mordilla doucement la lèvre inférieure. Le goût de son sang se mêla une nouvelle fois à sa salive qu’elle déglutit avec difficulté. Elle entrouvrit les lèvres. Elle sentait sa gorge tremblée comme une feuille d’automne qui menaçait de s’écraser, pourtant de façon délicate, sur l’herbe humidifiée par la pluie qui avait coulée à flot quelques instants plus tôt.

— Tu devrais rejoindre l’équipe de basket.

→ Épisode suivant

Publicités

4 réflexions sur “💋 Chapitre 10

  1. histoirescecile13 dit :

    Wahou ! tout simplement magnifique ! J’ai adoré les dialogues et la description de chaque détails des deux héros. Hanna était très éprouvée. C’est une personne très sensible. Et c’est pareil également pour Théo. (J’adore ce prénom en passant). Quelle jolie plume ma Alessandra ! une fois de plus j’ai passé un très bon moment. Et de plus je tenais à te remercier. J’ai reçu exactement à 19H00 dans ma boîte mails la notification de la publication de ton histoire ! Merci beaucoup ! Tu es douée en écriture ! il faudra continuer dans ce domaine. Je te fais de gros gros bisous ! Bonne soirée à toi !

    J'aime

    • Alessandra dit :

      Ton commentaire me fait tellement plaisir, Cécile ❤
      J'aime aussi beaucoup le prénom Theo 🙂 à la base, il devait s'appeler Matteo, mais j'ai changé d'idée au début de l'écriture de cette histoire 🙂
      Merci beaucoup pour tes compliments ❤
      Génial ! Je suis ravie de savoir que tu as bien reçu à l'heure la notification 🙂
      Merci à toi ❤ Je ne compte pas m'arrêter, ça c'est certain 🙂
      Gros bisous et bonne soirée ❤

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s