💋 Chapitre 12

Chapitre 12

Hanna s’installa sur un muret qui longeait le jardin. La musique faisait vibrer ses tympans, sans compter les cris que poussaient tous les jeunes en euphorie. Riley essayait de se déhancher au rythme de la musique, mais elle se sentit rapidement ridicule et s’installa à son tour.

— Tu ne danses déjà plus ? se moqua Hanna.

— Tu parles, j’ai déjà mal la tête…

Riley se massa doucement les tempes tout en fermant ses paupières. Elle poussa des petits bruits de méditation que seule elle pouvait percevoir dans tout le brouhaha.

— Eh, les filles !

Les deux amies relevèrent les yeux vers la voix masculine qui venait de les apostropher. Riley baissa rapidement ses bras et se positionna d’une façon qui se voulait naturelle, mais qui ne le fut pas réellement. Hanna gloussa entre ses mains avant d’adresser un sourire à Caleb Sullivan, l’un des joueurs de l’équipe de basket-ball, qui était également le coup de cœur n°1 de Riley depuis ses quatorze ans.

— Vous ne vous baignez pas ?

Riley se mordilla la lèvre inférieure lorsqu’elle aperçu l’eau dégoulinée sur son corps à moitié nu. Hanna leva discrètement les yeux au ciel. Elle se demandait réellement comme c’était possible de se baigner normalement à une soirée remplie de monde.

— On n’a pas prit de maillot, répondit presque sèchement Hanna.

— On peut s’arranger, rétorqua Caleb malicieusement.

Riley se mordilla un peu plus fort la lèvre inférieure. Elle sentit ses joues rougir de plus en plus, mais pensa rapidement à l’excuse de la réflexion de la couleur de sa robe sur son visage. Elle éclata d’un rire timide.

— Et comment ? demanda Riley.

— Tu ne dois pas te sentir obligée d’en porter un.

Hanna leva une nouvelle fois les yeux au ciel lorsqu’elle entendit sa meilleure amie glousser comme une adolescente de douze ans.

— Je vais chercher un verre, annonça-t-elle en se levant.

Riley ne répondit pas. C’est à peine si elle remarquait encore sa présence à ses côtés, bien trop obnubilée par Caleb qui lui adressait les regards et les sourires dont elle avait toujours rêvé.

Theo n’avait pas encore croisé Hanna parmi la foule. Il la cherchait des yeux à chaque instant, écoutant que d’une seule oreille les paroles que lui adressaient ses nouveaux coéquipiers. Theo croisa certains regards qui lui étaient complètement inconnu.

— Ils sont tous au lycée ? demanda-t-il à Eric.

— Bien sûr que non ! rétorqua le basketteur comme si la réponse était évidente. Certains font partie de l’autre lycée à l’extérieur de la ville et je crois même que Brooke a invité des universitaires…

Theo ne rétorqua rien. Il croisa de nouveaux des regards inconnus avant d’apercevoir qu’Eric discutait avec un autre joueur de l’équipe. Il en profita pour s’éclipser et se dirigea vers l’intérieur de la maison. Il essaya d’atteindre le court escalier qui menait aux toilettes en slalomant parmi des jeunes déjà bien éméchés.

Il croisa l’un de ses coéquipiers, Travis Miller, caché dans l’ombre. Il remarqua la main qu’il empoignait longuement à un visage inconnu avant que ce dernier ne remonte en lui adressant un clin d’œil.

— Il est là ! Notre nouveau meneur ! l’interpella Travis.

Le basketteur passa une main dans ses cheveux crépus tout en s’adossant au mur. Il plia une jambe vers l’arrière afin d’y déposer la semelle de sa basket. Ses mains s’enfoncèrent dans l’épais gilet aux couleurs du lycée qu’il semblait porter sans rien en dessous en vue de la fermeture éclaire légèrement ouverte.

— Ca va ? demanda Theo par politesse.

L’adolescent descendit les quelques marches afin de se retrouver à la hauteur de son coéquipier. Il avança d’un demi pas afin d’entrer dans la pièce des toilettes lorsque Travis dressa sa main devant lui.

— Tu en veux ? Maintenant que tu es dans l’équipe…

L’afro-américain sortit discrètement de la poche de son gilet un sachet transparent qui contenait de petites pilules multicolores.

— Quoi ? Non ! T’es dingue ! s’exclama Theo en l’obligeant à ranger le sachet.

— Quoi ? se moqua Travis. Tu vas essayer de me faire croire que tu n’en as jamais pris ?

— Evidemment que non ! On n’a pas besoin de ça !

— Ouuuuh !

Travis leva les mains dans les airs et les secoua devant les yeux de Theo. Il mima d’avoir peur avant d’éclater de rire.

— Blanche neige ! se moqua-t-il en reprenant son calme.

— Sérieusement, mec. On n’a pas besoin de ça pour être performant.

— Parce que tu crois que ton pote Dean Crane est clean ? questionna-t-il d’un ton sec. Sérieusement, mec ? imita-t-il.

— Tu sais quoi ? Prends-en. Et quand tu tomberas raide mort parce que ton cœur ne le supportera pas, on pourra en reparler. Ah non… on ne pourra pas. Parce que tu seras mort !

Theo le défia longuement du regard. Il voulait se montrer fort dans cette situation, mais ses pensées dévièrent vers son oncle. Le flash de son corps étendu sur le sol défila devant ses yeux.

— Il y a un problème les gars ? interrogea Ryan du haut des escaliers.

Theo et Travis détournèrent leur regard de l’un de l’autre et observa leur capitaine qui les rejoignit rapidement.

— Aucun, répondirent-ils à l’unisson.

— Sûrs ? Theo ?

— Sûr ! affirma-t-il en hochant doucement la tête.

Ryan fronça légèrement les sourcils alors que Travis les laissa seul à seul, sans manquer de bousculer légèrement Theo sur son passage.

— Theo, s’il y a un problème, tu dois me dire.

— Est-ce que tu prends des trucs ? demanda-t-il de but en blanc.

— Des trucs… illégaux, tu veux dire ? Evidemment que non !

Ryan marqua une courte pause. Il resta ébahi par la question de son nouveau coéquipier.

— On a une politique assez stricte dans l’équipe, rajouta-t-il.

— Alors, tu devrais t’assurer que tous les joueurs de l’équipe respectent cette politique !

Theo remonta rapidement les escaliers sans attendre une réaction de la part de son capitaine. Il regretta presque d’avoir rejoint l’équipe. Le bruit de la fête lui fit tourner la tête. Il enfonça ses mains dans ses poches et s’apprêta à quitter la maison lorsqu’il tomba nez à nez avec Hanna. L’adolescente manqua de renverser son gobelet transparent rempli d’un liquide orangé sur lui lorsqu’elle se retourna brusquement.

— Theo !

— Hanna ! dit-il en même temps.

Ils restèrent quelques instants silencieux. Hanna avait baissé son regard sur sa boisson avant de relever les yeux vers ceux de Theo. Elle fronça discrètement les sourcils en remarquant qu’il semblait préoccupé.

— Salut, finirent-ils par dire une nouvelle fois à l’unisson.

Ils éclatèrent d’un léger rire avant de se plonger dans un nouveau mutisme.

— Tu conduis ? demanda Theo.

Il désigna le gobelet que tenait Hanna entre ses deux mains.

— Non, je suis venue avec Riley. Et c’est de la limonade.

— Je sais. Je sais que tu es responsable. Riley l’es aussi. Mais faites attention sur les routes avec tous ces gens bourrés.

Theo désigna d’un rapide geste de la main les personnes qui les entouraient. Ils se firent doucement bousculés par derrière. L’espace entre eux se réduisit considérablement que les mains de Hanna touchèrent le torse de Theo.

— Tu partais ? questionna Hanna.

— Je n’aurais déjà pas dû venir. Je n’ai rien à faire ici…

— Brooke t’a invité, non ?

— Elle a invité tout le monde. Je ne parlais pas vraiment de la soirée en elle-même, grimaça-t-il.

Hanna le vit ébouriffer ses cheveux. C’était son geste habituel lorsqu’il était nerveux.

— Tu veux dire quoi par là ? Tu repars ?

Theo croisa le regard de son amie d’enfance. Il les aperçus briller avant de revenir sec en un clignement de paupières.

— Je…

— Theo ! Tu es là ! s’exclama une voix féminine derrière son dos.

Il leva les yeux au ciel avant de se retourner vers Sara Donovan. L’adolescente arriva à son hauteur et embrassa sa joue avant de croiser Hanna et la fusiller du regard.

— Je vais retrouver Riley, annonça Hanna.

— Hanna, attends !

L’adolescente entendit brièvement la voix de Theo l’interpeller, mais elle ne se retourna pas. Elle se sentit soudainement de trop et elle ne voulait pas avoir cette conversation avec Theo. Allait-il déjà repartir ?

Hanna chassa rapidement ses idées lorsqu’un élève la bouscula et renversa son gobelet encore rempli sur l’herbe.

— Eh ! cria-t-elle de rage.

Elle observa le gobelet se faire piétiner par deux adolescents qui se courraient après en bousculant tout le monde sur son passage. Elle les évita de justesse avant de retourner là où elle avait laissé Riley. Elle marchait jusqu’au fond du jardin lorsqu’une voix l’apostropha. Hanna se retourna en arquant un sourcil. Elle découvrit Brooke qui la rattrapa rapidement.

— Tout va bien ? Tu t’amuses bien ? questionna Brooke en lui tendant un nouveau gobelet.

— Non, merci. Je ne bois pas, déclina Hanna d’un mouvement de main.

Brooke hocha la tête avant de porter le liquide transparent à ses lèvres.

— Hanna ? Est-ce que nous pouvons discuter ?

— Euh… à propos de quoi ?

La capitaine des cheerleaders regarda par-dessus son épaule avant d’attraper le poignet de Hanna et l’entraîner dans un coin plus tranquille. Elle se mit à arracher les feuilles d’un buisson qui semblait appartenir à son voisin.

— Je sais que nous n’avons jamais été amies… Mais j’aimerais te poser une question parce que tu as toujours été honnête avec tout le monde et que j’aimerais que tu le sois avec moi…

— Vas-y, je t’écoute… l’incita Hanna.

— Est-ce que je suis détestable ?

Hanna écarquilla les yeux avant de froncer les sourcils. Elle observa Brooke continuer à arracher les feuilles du buisson sans la regarder.

— J’ai l’impression que tout le monde me déteste, poursuivit la cheerleaders.

Elle releva soudainement ses yeux humidifiés vers Hanna. Elle laissa tomber les feuilles du buisson à ses pieds avant de secouer la tête et d’essuyer rapidement ses larmes.

— Laisse tomber. Te demander cela était une mauvaise idée.

Elle s’apprêta à partir lorsque Hanna la retenu en attrapant doucement son bras. Hanna l’obligea à lui faire face avant de répondre à sa question.

— Tu n’es pas quelqu’un de détestable, Brooke. Tu es… Ton problème est que tu te préoccupes tellement de ce que les autres pensent de toi, que tu ne sais même pas toi-même qui tu es.

— Je fais juste ce qu’il faut pour être accepté, expliqua Brooke en mordant sa lèvre inférieure.

— Parce qu’organiser des soirées alcoolisées et musique à fond qu’on entend au bout de la rue, c’est ça se faire accepté ?

— Mes parents ne sont jamais là, continua Brooke sans relever les paroles de Hanna. Ils sont toujours à l’autre bout du pays si pas du monde… Ma sœur… Ma chère grande et parfaite sœur, Spencer… Elle est parfaite parce qu’elle fait des études de médecine et qu’elle sort première de sa promo…

Brooke marqua une courte pause avant de poursuivre.

— Je… je… je n’ai aucune idée de ce que je veux faire après cette année. Je ne sais pas vraiment quelle université intégrer. Mes parents m’ont déjà tracé mon avenir. Je serai avocate. Maître Brooke Barnes ! Ils voulaient que je suive les traces de ma sœur, mais ont rapidement remarqué que j’étais davantage douée pour le droit et toutes ces conneries !

— Brooke, soupira Hanna. Tu es maître de ta vie. Tu ne veux pas être avocate ? Alors, ne deviens pas avocate. Tu peux être tout ce que tu veux à partir du moment où tu le décides.

Theo avait tenté de suivre Hanna durant plusieurs mètres avant de la perdre entièrement de vue. Il râla entre ses dents de la présence d’autant de monde. Il savait que les soirées attiraient du monde, mais il n’avait jamais imaginé à quel point on pouvait facilement perdre quelqu’un dans la foule.

— Theo ? l’appela Sara en le rattrapant.

L’adolescent se retourna et l’interrogea du regard. Il s’agaça de sa présence, mais essaya de paraître naturel.

— Tu n’as pas reçu mon message sur ton téléphone ?

Theo regarda au-dessus de sa tête avant de replonger son regard dans le sien. Il avait complètement oublié qu’elle lui avait envoyé un message. Il n’y avait pas répondu dans l’espoir qu’elle ne vienne pas. Raté.

— Si, désolé… j’étais en voiture et puis j’ai oublié d’y répondre, s’excusa-t-il.

— Ce n’est pas grave. On a réussi à se trouver, sourit-elle.

— Ouais…

— Ca ne va pas ? Tu sembles nerveux ?

— Non, ça va, mentit-il.

Riley éclata de rire suite à la blague d’un de ses nouveaux amis. Caleb l’avait laissé pour retourner se baigner dans la piscine, mais il lui avait promit de la retrouver rapidement. Elle était sur son petit nuage lorsque de nouveaux visages l’interpellèrent et se mirent à discuter avec elle. Elle se tourna vers Hanna et lui adressa un grand signe de la main.

— Tu étais passée où pendant tout ce temps ? questionna-t-elle.

— J’ai été cherché un verre.

— Et il t’a fallu deux heures pour revenir les mains libres ? se moqua la blonde.

— Renversé ! râla Hanna en poussant un profond soupir.

— Peu importe. Je vais te présenter les personnes qui m’ont tenu compagnie.

Riley se tourna vers son groupe d’amis. Elle désigna deux filles et trois garçons qui l’entouraient.

— Blair Stevens, présenta-t-elle en désignant une fille aux cheveux courts et marrons. Nina Wilson et son petit ami Julian Redfield, désigna-t-elle en montrant les deux adolescents qui se tenaient par la taille. Et voici Joshua Kane et Milo Peters, termina-t-elle en souriant.

— Vous êtes avec nous au lycée ? s’étonna Hanna.

— Non, railla Blair. On est au Preston High.

— Et Brooke est ma voisine, renchérit Nina.

Hanna hocha la tête d’un air faussement intéressée. Elle croisa brièvement le regard de Milo qui lui adressait un large sourire dévoilant sa dentition parfaite qui virait au bleu à cause des lumières.

— Riley, on devrait rentrer maintenant, murmura Hanna à son amie.

— Déjà maintenant ? s’exclama-t-elle presque en criant.

— Quoi ? Vous voulez rentrez ? s’étonna Joshua.

Il embrassa la joue de Nina qui se blottissait davantage dans ses bras.

— Il est presque trois heures du matin, soupira Hanna en regardant l’heure qu’affichait son téléphone portable.

— La soirée ne fait que commencée, lui lança Julian.

— Hanna, il a raison… grimaça Riley.

Elle se mordillait nerveusement la lèvre inférieure en observant son amie ranger son téléphone dans sa pochette.

— Tu m’envoies un message lorsque tu es rentrée chez toi, d’accord ?

— Tu ne vas pas rentrée à pied, si ?

— J’appellerai Emma.

— Et tu vas la réveiller à cette heure-ci ?

— Tu ne me laisses pas beaucoup le choix, ok ?! s’énerva Hanna.

Riley écarquilla les yeux. Elle resta silencieuse un court instant jusqu’à ce que Hanna ne tourne les talons et retourna à l’intérieur malgré ses appels qu’elle ne semblait pas entendre – ou s’arrangeait pour ne pas entendre.

Hanna slaloma avec difficulté parmi les jeunes qui salissaient le salon de Brooke. Elle atteignit finalement la porte d’entrée qu’elle utiliserait pour quitter la soirée. Sa main se posa sur la poignée qu’elle s’apprêta à ouvrir lorsqu’une autre main referma la porte. Hanna poussa un soupir en se retournant. Elle tomba nez à nez avec l’un des nouveaux amis de Riley. Elle ne savait plus réellement s’il s’agissait de Milo ou de Julian.

— Tu n’as pas envie de t’amuser un peu ? lui susurra-t-il en positionnant son visage au creux de son cou.

— Julian, laisse-moi !

— C’est Milo, rectifia-t-il en se redressant.

— Je m’en fiche de comment tu t’appelles. Je veux juste rentré chez moi et que tu t’éloignes de moi.

— Et si je n’ai pas envie de te laisser t’éloigner ?

— Je suppose que nous allons avoir un gros problème ! s’exclama une voix derrière Milo.

Milo se retourna en éclatant de rire. Il fit face à un adolescent qui lui lançait un regard sombre. Il n’avait aucune idée de qui il était, mais son rôle de pseudo-héro le fit rire.

— Laisse-la partir ! lui dit-il, ce qui entraîna un nouvel éclat de rire.

— Mêle-toi de ce qu’il te regarde !

Milo attrapa violemment le col de sa chemise et le plaqua contre un mur. Certains regards se tournèrent vers les deux garçons.

— Lâche-le ! cria Hanna en essayant de s’interposer.

Son intervention ne procura aucun résultat. Elle se sentit presque idiote d’avoir pousser un petit cri passé inaperçu dans tout le brouhaha.

— Les garçons ! Pas de bagarre ! cria Brooke.

Sa voix s’éleva plus haut que celle de Hanna, mais ne procura pas plus de résultat. Les autres invités se placèrent en cercle autour d’eux et s’étaient mis à réclamer une bagarre. Milo se retrouva propulsé de quelques pas en arrière, ce qui lui donna l’adrénaline nécessaire pour débuter le combat. Il plaça une violente droite dans le visage de son adversaire alors que Brooke suppliait pour qu’il s’arrête. Elle criait après Ryan ou quelqu’un qui pourrait l’aider à stopper la bagarre, en vain. Certains encourageaient le combat, d’autres quittèrent précipitamment la maison, poussant Hanna pour passer.

Hanna tenta de venir en aide à Brooke, mais ses paroles passèrent toujours aussi inaperçues. Elle se gifla mentalement de n’avoir pas une voix aussi portante qu’elle l’aurait souhaité. Soudainement, elle sentit une main attraper la sienne et l’entraîner à l’extérieur de la maison. Elle releva les yeux vers Theo qui l’entraînait loin de toute l’agitation intérieure.

— Merci ! remercia Hanna lorsqu’ils furent éloignés.

Elle se retourna brièvement. Les bruits de la fête se faisaient de moins en moindre percevoir.

— Tu vas bien ? demanda Theo d’un air inquiet.

— Je suis un peu secouée par la tournure des événements, avoua-t-elle.

— Brooke aura surement des problèmes, grimaça Theo en observant la maison au loin.

Hanna ne répondit rien. Elle savait que Theo avait raison. Brooke se disait être responsable, mais elle servait de l’alcool à des adolescents de maximum dix huit ou dix neuf ans. Une bagarre était à prévoir. Peut-être y était-elle habituée.

— Ca va ? questionna Theo en effleurant délicatement la joue de Hanna.

Il pouvait l’entendre respirer bruyamment. Hanna plaça une main sur ses côtes et ferma les yeux durant quelques secondes avant de les rouvrir sur le visage inquiet de l’adolescent.

— J’ai un point de côté, grimaça-t-elle.

Elle essaya de respirer doucement afin d’atténuer la douleur.

— Theo ?

— Oui ? l’interrogea-t-il.

Hanna n’arrivait pas à parler. Son point de côté additionné au choc de l’événement récent lui coupait la respiration. Theo comprit et attrapa doucement sa main. Il l’entraîna jusqu’à sa voiture.

— Monte ! Je vais te ramener.

Hanna ne broncha pas. Elle avait prévenu Riley qu’elle se débrouillerait pour rentrer et cette dernière devait toujours se trouvé à la soirée. Elle boucla sa ceinture pendant que Theo allumait le moteur. Elle ne prononça pas le moindre mot durant une bonne partie du trajet.

— Arrête-toi ici, s’il te plait.

Theo fronça les sourcils en apercevant l’endroit où ils se trouvaient : parc à proximité de chez Hanna. Il gara sa voiture à moitié sur le trottoir et à moitié sur la route, en pensant que son amie d’enfance devait simplement vomir et qu’ils ne resteraient pas très longtemps.

Hanna sortit rapidement du véhicule en claquant la portière derrière. Theo la suivit sans comprendre pourquoi elle continuait à marcher.

— Hanna ? l’appela-t-il.

L’adolescente ne répondit pas. Elle se dirigea vers les balançoires à l’intérieur du parc et s’y installa. Theo resta debout, face à elle sans prononcer un mot supplémentaire.

Hanna se souvenait du jour de leur rencontre. Quelques heures avant, elle se trouvait assise sur cette même balançoire et demandait à son père de l’élever plus haut dans le ciel. Hanna leva son regard vers la noirceur de la nuit.

Theo fronça les sourcils lorsqu’il l’aperçu enfuir son visage dans ses mains, son corps inclinait vers le bas.

— Hanna ? Tout va bien ?

Il s’installa sur la balançoire voisine sans quitter Hanna des yeux. L’adolescente se releva doucement. Ses yeux brillaient de larmes qui ne coulaient pas. Elle l’observa avec intensité. Elle semblait vouloir dire quelque chose sans que les mots ne puissent sortir.

Theo plongea son regard dans les yeux brillants de son amie d’enfance. Son cœur se déchira de la voir ainsi. Il voudrait pouvoir la serrer dans ses bras, lui murmurer qu’il est et sera toujours là pour elle. Mais ces paroles sonneraient comme les répliques d’un film d’amour ultra stéréotypé. Il resta silencieux malgré son envie grandissante de dire quelque chose. Il sentait que s’il prononçait le moindre mot, ça serait les mauvais, ceux que Hanna ne voudrait pas entendre. Alors, il préféra se taire et attendre qu’elle rompe le silence.

A cet instant, il s’en fichait totalement si sa voiture était mal garée et qu’il recevrait une amende au cas où la police passait par ici. Il n’y pensait même pas. Il voulait simplement être là, avec Hanna. Il n’y avait pas un endroit où il souhaitait se trouver sauf à ses côtés.

— Theo, j’ai besoin de te poser une question.

— Tout ce que tu veux, répondit-il en hochant la tête de bas en haut.

Hanna resta de nouveau silencieuse. Elle tamponna ses yeux qui perdirent le voile brillant qui les recouvraient depuis plusieurs minutes sans qu’aucunes larmes n’y aient coulées. Elle prit une profonde inspiration avant de prononcer la question qui lui brûlait les lèvres depuis une semaine.

— Pourquoi es-tu revenu ?

→ Épisode suivant

Publicités

5 réflexions sur “💋 Chapitre 12

  1. histoirescecile13 dit :

    Merci pour tes réponses ma Alessandra ! Pour ma part, je trouve que ton choix est bon. En effet, mettre en avant la maturité de notre Hanna est tout à fait plausible et crédible. Au contraire, on se rapproche davantage d’elle. Merci encore pour tous ces partage que j’aime bien lire. Gros gros bisous à toi

    J'aime

  2. histoirescecile13 dit :

    J’ai vraiment apprécié ce chapitre. Le déroulement de la fête jusqu’à sa mauvaise tournure et l’arrivée de Théo pour sortir notre heroine de ce mauvais pétrin. D’un romantisme absolu ! Et puis ce la leur a enfin permis de se retrouver seuls tous les deux. Ces deux là sont vraiment amoureux. J’ai trop hâte de connaître la suite. Hanna a beaucoup de maturité par rapport à certaines filles de son âge. Sa meilleure amie n’était pas très cool avec elle à la fête au moment de rentrer. Il y aura sans doute une petite confrontation à ce sujet lorsqu’elles se reverront… Merci pour cette lecture Alessandra. J’ai préféré la lire tardivement vu que demain je ne travaille pas. gros bisous à toi et passe une belle nuit.

    J'aime

    • Alessandra dit :

      Hihi en effet, ils s’aiment beaucoup 🙂 tout le monde le sait, tout le monde le voit… Sauf peut-être eux, finalement 🙂
      Oui, sa meilleure amie a vraiment été idiote 😦 J’avais un peu peur que Hanna soit trop mature pour son âge parce que ce n’est pas évident d’écrire sur un personnage plus jeune que nous, mais dans un sens, elle a vécu tellement de choses que je pense que c’est crédible, et te voir le dire me rassure sur ce point 🙂
      Merci à toi, tu lis quand tu le souhaites ❤ gros bisous ❤

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s