💋 Chapitre 17

Chapitre 17

Hanna affichait un sourire triste face au regard de son amie. Elle referma la porte de son casier et s’y adossa en croisant ses bras contre sa poitrine. Elle était perdue dans ses pensées. Sa volonté de retrouver l’amitié qu’elle avait avec Theo grandissait à chaque fois où elle croisait sa route. Mais quelque chose au fond d’elle lui disait de mettre de la distance, se préserver pour ne plus souffrir au cas où il l’a quitterait de nouveau.

Hanna poussa un profond soupir. Elle était perdue et c’est dans ce moment précis que sa mère lui manquait terriblement, encore plus que d’habitude car elle aurait souhaité obtenir ses conseils.

— Tu veux tourner la page, lui dit Allison en la sortant de ses rêveries.

— J’essaye.

— Tu peux tourner la page sans effacer les personnes de ton passé. Surtout lorsque ce sont des personnes qui comptent énormément pour toi. Et c’est le cas de Theo. Il est… comme un frère, non ?

— Pas vraiment, avoua Hanna en fronçant les sourcils. On est proche d’une façon différente même si on se connait depuis tout petit.

— Je vois, sourit Allison.

— Mon père était comme celui qu’il n’a jamais connu. Ca tisse des liens ce genre de relations. Mais je l’ai toujours considéré d’une façon différente que comme un frère. Autant Riley est… était, rectifia-t-elle, comme une sœur. Autant, pour Theo, c’est différent. Je ne serais pas l’expliquer. C’est quelque chose qu’on ressent très fort au fond de son cœur.

Le sourire d’Allison s’agrandissait de plus en plus. Elle attacha ses cheveux sombres en une queue de cheval avant de tirer le bras de Hanna afin qu’elles ne se rendent en cours.

Theo s’était dirigé vers le gymnase où il participerait à son premier entraînement de basket-ball de l’année. Il se sentait légèrement nerveux à l’idée de remonter sur le terrain, mais bien vite, ses doutes se dissipèrent. Il pensa à son oncle et puis à Hanna tout en enfilant sa tenue d’entraînement que lui avait donné Ryan. Il observa ses coéquipiers commencer leur échauffement sans attendre que leur coach ne fasse son apparition. Ils étaient motivés, cela se ressentait, mais cela suffisait-il ?

Theo croisa le regard de Travis. Les flashs du petit sachet dans ses mains métisses défilèrent devant ses yeux. Il cherche du regard Ryan qu’il trouva près des ballons de basket. Il se dirigea d’un pas rapide vers lui afin de lui parler de son coéquipier qui se dopait lorsqu’il fut interrompu par les cris des cheerleaders qui se dirigeaient dans le gymnase.

Theo se retourna vers les filles qui s’avançaient en petits sauts synchronisés. Ses coéquipiers les sifflaient, ce qui semblait les rendre complètement gaga. Theo leva les yeux au plafond lorsqu’il sentit un objet lourd cogner dans son dos et rebondir quelques mètres plus loin.

— Réveille-toi ! lui cria Caleb en récupérant le ballon.

— On n’est pas ici pour mater les filles, rajouta Eric Duncan. Elles sont notre récompense la nuit, pas le jour.

Theo entendit le bruyant rire de Travis et l’aperçu secouer sa main vers une métisse en tenue de cheerleading qu’il reconnut pour être sa petite amie, Lacey Bennett.

Theo croisa le regard de Sara qui lui lança un grand signe de main tout en l’appelant. Il sentit des regards interrogatifs se tournés vers lui.

— Theo, il y a ta petite amie qui te dit bonjour… se moqua Travis.

— Ce n’est pas ma petite amie ! rugit-il.

Theo s’avança vers son coéquipier et le poussa vers un mur.

— Ohh ! Calme-toi ! cracha-t-il en le poussant à son tour.

— Qu’est-ce qu’il se passe encore ?

Ryan entendit les cris de Theo suivi de ceux de Travis. Il repensa aux regards froids qu’ils se lançaient à la soirée de Brooke. Ryan se retourna et lâcha les ballons qu’il tenait dans ses mains lorsqu’il les vit se tenir fermement, collés au mur. Il s’apprêta à intervenir lorsque la voix du coach rugit en entrant précipitamment dans le vestiaire. Il l’aperçu séparer les deux joueurs et rester au centre, les bras lever vers chacun d’entre eux.

— Theo ? questionna Ryan en s’approchant de lui.

— Ca va ! marmonna-t-il.

— Je ne faisais que plaisanter, coach. Il m’a sauté dessus le premier ! expliqua Travis au coach.

— Je ne veux rien savoir ! Vous n’êtes plus des gamins, et je ne veux pas être votre baby-sitter ! Si vous avez des problèmes entre vous, réglez-les en dehors de mon terrain !

— Ca va devenir votre problème quand vous tomberez sur les dopants qu’il prend !

Tous les regards se tournèrent de nouveau vers Theo. Ryan l’interrogea du regard avant de comprendre. C’était pour cela qu’il lui avait demandé s’il prenait aussi certaines substances illégales.

— Il raconte n’importe quoi ! ria nerveusement Travis.

— Non, c’est vrai ! intervenu Ryan.

Le coach l’interrogea du regard, ce qui l’invita à poursuivre.

— Je n’ai pas la preuve qu’il en consomme de lui-même, mais il en fait au moins le trafic. Il l’a fait vendredi dernier à la soirée de ma petite amie.

— OK. Travis, tu vas venir avec moi. Tu vas avoir droit à la totale !

Le coach attrapa le col de son haut et l’attira jusqu’en dehors du gymnase sous les nombreux regards ébahis.

— Qu’est-ce qu’il t’a pris ? demanda Eric.

— Je n’accepte pas de dopés dans mon équipe.

— Tu aurais dû régler ça en interne, sans en parler au coach. Il va se faire viré de l’équipe !

— Il ne pourra s’en prendre qu’à lui-même.

— Ouais, et tu t’en prendras aussi à toi-même quand l’équipe fera de mauvais résultats, cracha Eric avant de le bousculer.

Le joueur commença à trottiner jusqu’au panier où était rangé les ballons de basket. Il en attrapa un et commença à s’entraîner, suivi rapidement par le reste de l’équipe. Ryan croisa le regard froid de Theo.

— Content ? questionna le capitaine.

— Tu as fait ce qu’il fallait pour Travis.

— Ca je sais, merci. Mais ton coup de la petite bagarre juste avant…

— Je suis désolé, d’accord ? Je me suis emporté !

— Ouais, d’accord. Mais tu as intérêt que ça soit la première et dernière fois que je te reprenne sur ton comportement.

Sur ces paroles, Ryan laissa en plan son meneur et rejoignit le reste de son équipe pour l’entraînement. Theo croisa de nouveau le regard de Sara avant de secouer la tête et de suivre son équipe malgré sa motivation perdue.

L’entraînement se termina au plus grand soulagement de Theo. Il n’aurait jamais cru un jour être content de pouvoir enlever cette tenue de sport et ranger les ballons de basket-ball. Sa joie fut de courte durée lorsque Ryan l’appela afin de discuter.

— Ca sent mauvais, blaguèrent certains coéquipiers.

— Allez vous douchez au lieu de parler pour ne rien dire ! soupira Ryan.

Ryan s’installa dans les gradins avant d’inviter Theo à l’imiter.

— Tu voulais me parler ? questionna-t-il en s’installant à son tour.

— Je voulais connaître tes premières impressions par rapport à ton retour dans l’équipe. Sans revenir sur l’épisode de Travis.

— Sans revenir sur lui, j’étais un peu nerveux de mon retour. Mais au fur et à mesure, ça allait mieux malgré mes préoccupations personnelles.

— Il faut que tu mettes tes problèmes personnels de côté lorsque tu es sur le terrain.

— Je sais, je vais essayer…

— Tu penses que l’équipe a le niveau ? questionna Ryan.

— Oui, je pense.

— Et avec sincérité, ça donne quoi ?

— OK… Non. L’équipe n’a clairement pas un bon niveau actuellement, grimaça Theo.

Ryan hocha positivement la tête avant d’ébouriffer ses cheveux sombres. Il se releva et donna une tape amicale sur l’épaule de Theo.

— On va s’améliorer, promit-il.

Ryan s’apprêta à rejoindre le vestiaire lorsqu’il se tourna de nouveau vers son meneur resté assis, perdu dans ses pensées.

— Ne te laisse pas distraire par les filles.

— Sara ne m’intéresse pas. Elle pense que si donc je dois juste lui parler. Quand je l’ai vu, ça m’a distrait un moment, mais ça sera la première et dernière fois.

— C’est bon à savoir, rit Ryan. Mais je ne parlais pas de Sara.

Theo fronça les sourcils. Il s’apprêta à questionner son capitaine, mais celui-ci avait déjà disparu à l’intérieur du vestiaire.

Sara s’était installée sur un des bancs situé sur la rue face au lycée. Elle observait le grand édifice aux couleurs claires en attendant d’apercevoir Theo. Elle observa l’écran de son téléphone portable toutes les deux secondes afin de vérifier l’avancement de l’heure. Elle remarqua le retard de deux minutes de Theo lorsqu’elle le vit traverser rapidement la rue et la rejoindre.

— Salut ! s’enjoua-t-elle.

Sara tapota la place libre à côté d’elle sur le banc, mais Theo décida de rester debout. Elle lui adressa un large sourire qu’il ne semblait pas prêt à lui rendre. Malgré la froideur de son visage, Sara ne perdit pas la joie qu’avait entraînée le message que Theo lui avait envoyé afin qu’ils se rencontrent et discutent. Elle voyait en ce message un signe de volonté de la part de Theo de mieux la connaître et, qui sait, un éventuel intérêt sentimental.

— Je suis contente de te voir, lui dit-elle sans perdre son sourire.

— Ouais, écoute Sara… Si j’ai demandé à te parler, c’est parce que je dois te dire quelque chose d’important…

Theo marqua une pause durant laquelle il prit une profonde inspiration. Il observait Sara heureuse de sa présence, ce qui lui pinça le cœur. Il détestait faire du mal aux autres, même s’il n’avait fait que cela lorsqu’il avait quitté la ville l’an dernier. Son retour signifiait également réparer ses torts.

— J’ai parlé avec Hanna.

— Je suis sûre qu’elle t’a raconté n’importe quoi, coupa Sara. Elle m’a fait une crise de jalousie ce midi parce que nous sommes proches.

— Non, Sara. Je sais que ce n’est pas ça qu’il s’est passé.

— Elle t’a retourné le cerveau ! Je n’y crois pas ! s’écria-t-elle.

— Laisse-moi finir, s’il te plait !

Sara acquiesça non sans masquer sa crainte face aux paroles que Theo comptait lui dire. Elle l’aperçu prendre une nouvelle inspiration avant de la regarder droit dans les yeux.

— Tu es quelqu’un de très sympathique. J’ai apprécié discuter et travaillé avec toi en cours d’espagnol. Jusque là, il n’y a aucun problème. Mais je pense que tu as imaginé que ma gentillesse envers toi signifiait quelque chose. Et je suis désolé de te le dire, mais tu t’es fait des films. Je t’apprécie, mais sans plus. Je ne te considère même pas comme une amie.

— Tu connais cette Hanna depuis deux jours et elle te retourne le cerveau, s’attrista Sara.

— Je la connais depuis que nous avons sept ans, rectifia-t-il. Et ne la mêle pas à ça. Le problème dans cette histoire, c’est toi, pas elle.

— Avant qu’elle ne commence à te parler, tu ne tenais pas le même discours.

— Ca n’a rien à voir, râla-t-il en poussant un bruyant soupir.

L’adolescente se leva d’un bond, ce qui fit sursauter Theo. Son regard brillait de larmes qui menaçaient de coulées.

— Peu importe. Laisse-moi tranquille, dit-elle en s’éloignant.

— Je ne comptais pas courir après toi, répondit-il pour lui-même.

Il observa Sara disparaître au coin de la rue et poussa un nouveau soupir de soulagement. Il se sentit légèrement mal de la voir réagir de cette manière, mais se dit que la manière « forte » était sans doute la seule qu’elle aurait compris. Il espérait simplement qu’elle ne s’en prenne pas à Hanna qui n’avait absolument rien demander.

Theo observa l’heure qu’indiquait son téléphone portable puis récupéra sa voiture afin de rentrer chez lui. Il hésita à faire le détour jusqu’à chez Hanna, mais il ne savait pas si elle souhaitait le voir ou non. Son comportement de la journée semblait être positif, comme si une partie d’elle souhaitait lui pardonner et retrouver l’amitié qu’ils entretenaient auparavant. Mais une deuxième partie d’elle se montrait encore extrêmement distante envers lui, ce qu’il ne pouvait que comprendre parfaitement.

Theo était parti sans même lui envoyer le moindre mot. Il avait eu sa mère au téléphone durant quelques minutes et avait pu lui expliqué la raison de son départ précipiter. Il n’aurait jamais pu entendre le son de la voix brisée de Hanna qui lui annoncerait le décès de ses parents et l’hospitalisation de son petit frère.

Il avait évidemment voulu rentré en ville et retrouver Hanna. Les événements ne lui permirent pas. Il devait trouver une solution au pétrin dans lequel il s’était fourré. Et cela impliquait des sacrifices extrêmement douloureux, autant pour lui que pour sa mère et surtout pour Hanna qui n’avait pas eu droit à la moindre nouvelle. Si sa mère recevait de temps à autre des lettres, Hanna ne recevait rien de sa part. Cette situation le déchirait entièrement, mais il n’avait pas eu d’autres choix.

C’était un choix ou l’autre. Il avait fait le sien même s’il n’était plus réellement sûr d’avoir agit de la meilleure des façons.

→ Épisode suivant

Publicités

4 réflexions sur “💋 Chapitre 17

  1. histoirescecile13 dit :

    Un chapitre qui clos enfin le petit film que Sara se faisait dans la tête concernant Théo. Tant mieux ! De toute façon c’était une petite peste ! Cependant Théo devra tout de même recoller les morceaux avec Hanna et s’accrocher. ..Je pense qu’Hanna voudra aussi aller dans ce sens. Merci pour cette lecture que j’ai beaucoup appréciée…hâte de lire la suite. Gros bisous ma Alessandra ♥ ♥. Passe une très bonne soirée.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s