💋 Chapitre 18

Chapitre 18

— Qu’est-ce que tu en penses ?

Jennifer se tourna brusquement vers son fils. Un grand sourire s’était dessiné sur son visage fatigué. Elle s’était légèrement maquillée les yeux afin de se rendre plus présentable devant l’agent immobilier qui l’observait avec un sourire qui se voulait discret, mais pas suffisamment pour Theo qui l’avait rapidement remarqué.

— Il est bien, affirma-t-il sans grand enthousiasme.

— Tu es sûr ?

Jennifer observa de nouveau les alentours en pirouettant sur elle-même. L’appartement n’était pas très grand, mais convenable pour une mère célibataire et son fils.

— Même si la mère retrouve l’amour, avait rajouté l’agent immobilier.

Jennifer plongea son regard azur dans celui de son fils tout en mordillant sa lèvre inférieure.

— Je le trouve bien, confirma Theo.

— Un loyer à 450 € charges comprises, c’est une bonne affaire ! insista l’agent immobilier.

— Merci, David. Nous allons réfléchir quelques instants.

Theo leva les yeux au plafond en apercevant sa mère pratiquement séduire celui qu’elle nommait par son prénom. C’était un homme de grande taille et plutôt beau garçon. Le genre d’hommes qui plait à toutes les femmes. Theo n’était pas contre que sa mère rencontre quelqu’un, mais David n’était surement pas l’homme qu’il lui fallait. Il le ressentait et, comme on dit, l’intuition des enfants est toujours la meilleure.

— Tu l’appelles David ? se moqua Theo.

— Chut ! Il pourrait t’entendre.

— Et alors ? Son boulot est de nous trouver un toit, pas de t’inviter à diner même si ça ne lui déplairait pas.

— Tu dis n’importe quoi, gloussa Jennifer en rougissant.

— OK, et je vois que ça ne te déplairait pas non plus.

— Theo, ça fait longtemps que je suis célibataire et…

— N’en dis pas plus ! coupa-t-il en grimaçant de dégout.

Jennifer éclata d’un nouveau rire en passant sa main dans sa chevelure qu’elle avait colorée d’un blond doré.

— Alors ? Tu en dis quoi ? Ton dernier mot ? On le prend ou on ne le prend pas ?

— On le prend. David a raison, c’est une bonne affaire.

— Tu l’appelles aussi par son prénom, se moqua Jennifer.

— Parce que je ne connais pas son nom de famille et que je trouvais ça plus poli que l’appeler l’agent immobilier qui drague ma mère juste devant son fils.

Jennifer leva les yeux au ciel tout en souriant. Elle retourna auprès de David resté dans la cuisine.

— Vous avez pris votre décision ? demanda-t-il en se redressant.

— Nous allons le prendre.

Hanna quitta la salle de cours et rejoignit le réfectoire. Elle avait débuté les cours deux heures plus tard que d’habitude, ce qui lui avait permis de ne pas croisé Riley ou Jana. Elle attrapa une pomme rouge lorsqu’elle entendit Brooke l’apostropher. Hanna se retourna et aperçu la capitaine des cheerleaders courir afin de la rattraper. Elle attendit quelques instants qu’elle reprenne son souffle avant de lui adresser la parole.

— Ca va ? demanda Hanna en souriant.

— Il faut que je te prévienne !

— A propos de quoi ?

Hanna fronça doucement les sourcils face à Brooke qui semblait nerveuse. La capitaine regarda autour d’elle avant de s’approcher de l’oreille de Hanna.

— Riley… murmura-t-elle.

— Pourquoi tu me parles d’elle ?

— C’est officiel ! Elle est en couple avec Caleb Sullivan.

— Et alors ?

— Et alors ? répéta Brooke. Alors, elle traine avec quelques filles de l’équipe et certaines d’entre elles veulent que je l’intègre parmi nous !

— Tu ne veux pas le faire ? demanda-t-elle en croquant dans sa pomme.

Hanna grimaça en observant son fruit qu’elle trouva trop farineux. Sa bouche devint pâteuse et elle jeta rapidement son dessert dans la première poubelle qu’elle aperçu.

— Gaspillage alimentaire ! fit remarquer Brooke.

— Désolée pour toutes ces personnes qui meurent de faim, mais croyez-moi… vous préférez mourir de faim que de manger l’horreur qu’était cette pomme.

Brooke éclata de rire avant d’entraîner Hanna à une table où elles s’installèrent. Hanna attrapa une part de gâteau sur le présentoir avant de se laisser tomber sur le siège que lui imposait Brooke.

— Et maintenant, un gâteau ?

— J’ai envie de sucrée en ce moment, confia Hanna en mâchant un morceau.

— Tu es enceinte ?

— Bien sûr que non ! s’offusqua-t-elle. J’ai l’air enceinte ?

Hanna posa une main sur son ventre puis étira ses joues en grimaçant. Brooke leva les yeux au ciel.

— Revenons au sujet ! Riley ? Je fais quoi avec elle ?

— Je ne sais pas. C’est à toi de choisir, non ? Si tu veux qu’elle rejoigne l’équipe, intègre-la sinon, ne le fais pas, répondit Hanna en sortant un miroir de poche de son sac.

— Je sais qu’elle est ta meilleure amie, mais depuis que Caleb s’est intéressé à elle… je suis désolée, mais elle est devenue idiote et niaise.

— Je suis complètement d’accord, avoua Hanna en rangeant son miroir. J’ai grossis des joues, non ?

— Hanna, arrête avec ta fixation de poids.

— Les autres filles te mettent la pression ? questionna-t-elle faussement intéressée par la situation.

— Seulement Sara Donovan, Lacey Bennett, Freya Masterson et Juliet Preston. Les autres sont contres ou n’ont pas d’avis sur la question.

— En gros, vous êtes majoritairement contre son intégration. Problème résolu !

Hanna tapa dans ses mains, fière d’avoir résolu le problème de Brooke qui continuait à pousser de bruyants soupirs. Soudainement, ses yeux s’illuminèrent. Elle leva les yeux vers Hanna.

— Tu as raison ! J’ai un avantage au niveau du nombre donc je peux refuser. De toute façon, je suis la capitaine !

Brooke se leva en attrapant le reste du bout de gâteau que n’avait pas terminé Hanna.

— Eh ! Voleuse de gâteau !

— C’est pour ton bien, lui dit-elle avant de partir.

— Je te déteste ! cria Hanna avant de la perdre de vue.

Hanna attrapa son visage entre ses mains. Elle gonfla ses joues avant d’appuyer dessus à l’aide de ses deux mains afin d’y faire sortir l’air. Allison ne viendrait pas au lycée de toute la semaine car elle avait attrapé un phragmite. Cela étonnait toujours Hanna qui ne comprenait pas comment on pouvait attraper ce genre de chose lorsqu’il faisait plus de 95° F.

Un sentiment de solitude l’envahit soudainement. Elle regrettait presque la présence de Brooke qui se plaignait de choses futiles. Elle fouilla dans son sac avant d’en sortir des oreillettes emmêlées qu’elle enfonça dans ses oreilles. Elle alluma la musique de son téléphone portable et se coupa du monde, écoutant des musiques défilées les uns après les autres.

Hanna observa les alentours. Elle voyait les bouches s’ouvrirent sans en percevoir le moindre son, ne s’occupant que de la musique qui, autrefois, l’inspirait dans ses écrits. Son carnet de note se trouvait toujours au fond de son sac, mais elle ne l’avait plus ressortit depuis quelques temps. L’inspiration qui l’avait quitté le même jour que ses parents et Theo n’était pas revenue avec le retour de son ami d’enfance. Quelque chose la bloquait et elle n’arrivait pas à mettre le doigt sur le problème.

Perdue dans ses pensées, elle n’entendit pas Theo l’apostropher derrière son dos. L’adolescent la contourna et s’installa en face d’elle. Hanna sursauta légèrement en croisant ses yeux. Elle enleva ses écouteurs et coupa le son de sa musique.

— Ca va ? demanda-t-il en commençant à manger son sandwich.

— Est-ce que tu vas manger ton gâteau ?

Hanna désigna le petit morceau de gâteau au chocolat qui ornait son plateau presque vide. Theo lui tendit sans un mot et observa l’adolescente l’engloutir rapidement, ce qui lui arracha un sourire amusé.

— Emma est passée devant ta maison ce matin. Elle a remarqué l’affiche « à vendre ».

— Oui, on déménage.

— Vous avez déjà trouvé quelque chose d’autre ?

— Un petit appartement pas trop mal, répondit-il en haussant les épaules.

— Ca ne semble pas te réjouir.

— C’est assez difficile de se réjouir d’un déménagement lorsqu’on sait que c’est à cause de problèmes financiers.

— Désolée, je ne savais pas.

— Ce n’est pas grave, rassura-t-il en esquissant un faible sourire.

Hanna lui rendit son sourire. Ils se plongèrent dans un long silence qui n’était pas pesant. Il était, au contraire, apaisant autant pour l’un que pour l’autre. Mais ce silence n’était pas si calme. Il provoquait énormément de bruit dans leurs cœurs.

La semaine passa lentement pour Hanna. Elle détestait particulièrement les temps de midi qu’elle passait presque toujours toute seule, sauf lorsque Brooke la rejoignait ou des camarades de classe avec qui elle ne s’entendait pas plus que ça. Elle discutait avec eux, mais n’avait tout simplement pas l’affinité qu’elle construisait avec Brooke ou qu’elle avait avec Riley et Jana. Allison lui manquait terriblement et Theo n’était pas toujours là pour elle. En réalité, ils s’étaient à peine parler du reste de la semaine. Il était majoritairement occupé à s’entraîner pour son premier match de basket-ball qu’il jouait vendredi.

— Je n’y crois pas ! s’exclamèrent plusieurs voix.

Theo s’avança dans le vestiaire où ses coéquipiers étaient tous regroupés en cercle. Il se fraya un chemin avant de s’arrêt net. Il croisa un grand métisse au sourire éclatant qui terminait d’enfiler son maillot de basket.

— Travis ?

— Ca va, Reyes ?

— Qu’est-ce que tu fais là ? demanda-t-il en fronçant les sourcils.

— Ca se voit, non ?

Travis lui tourna le dos afin de fermer son sac de sport. Ses coéquipiers s’éclipsèrent afin de ne pas être pris au milieu d’un nouvel échange cahoteux.

— Tu devrais être viré !

— Le coach n’a rien trouvé dans mes analyses, répondit Travis toujours le dos tourné. Et crois-moi, Reyes… si tu refais un coup pareil…

Le métisse se retourna brusquement et se plaça à la hauteur de Theo. Il pointa son index contre son torse et le poussa doucement sans que Theo ne recule d’un seul millimètre.

— T’auras à faire à moi ! Et le prochain à devoir pisser de force dans un verre, ça sera toi !

— Tu peux me menacer autant que tu veux. Ca ne changera pas l’avis que j’ai sur le dopage.

— De quoi t’as peur au juste ? Ca ne t’empêche pas de bander, tu peux rassurer ta copine Sara.

— Ce n’est pas ma copine !

— Relax ! se moqua Travis en laissant retomber sa main.

— Je serai relax quand tu ne seras plus dans l’équipe.

— Désolé… Le coach veut que je reste.

Theo ferma ses poings. Il essayait de se concentrer pour ne pas exploser la mâchoire de son coéquipier. Il regarda par-dessus l’épaule de Travis et aperçu Ryan le regarder avec les yeux froncés et les bras croisés sur sa poitrine. Il semblait attendre de voir comment il allait se contrôler avant d’intervenir en cas de besoin.

— Tu es sûr que tu n’en veux pas ? murmura Travis en souriant de toutes ces dents.

— Je suis sûr de ne pas vouloir mourir, rétorqua-t-il en desserrant les poings.

— Ca serait pourtant une si belle mort, ironisa le métisse. Mourir sur un terrain de basket-ball en faisant ce que tu aimes le plus. Il y a quelque chose de beau et de tragique là-dedans, tu ne trouves pas ?

Travis tourna les talons avant de laisser le temps à Theo de répondre quoique ce soit. Il quitta le vestiaire alors que le bruit du public faisait vibrer les murs. Son nom était acclamé par l’assemblée. Ryan adressa un signe de tête approbateur à Theo avant de sortir du vestiaire à son tour.

Theo courrait, ses pieds frappant le parquet synthétique avec avidité. Son cœur battait si fort dans sa poitrine que la mélodie régulière qu’il produisait, résonnait dans l’ensemble de son corps, faisant vibrer chacune de ses cellules.

— Voici la nouvelle recrue ! Avec le numéro 23… THEO…

— REYES ! hurla le public.

Theo sentit son cœur battre à la chamade. Il observa les gradins bondés de monde alors que les paillettes des cheerleaders passaient devant ses yeux à une vitesse qui lui fit tourner la tête. La tape amicale de Ryan sur son épaule le fit revenir à la réalité. Son capitaine lui adressa un signe de tête d’encouragement avant que l’équipe ne se joigne en cercle, poussant un cri de victoire. Theo plaça la main sur son pendentif. Ses pensées dévièrent vers son oncle James qu’il savait à ses côtés.

→ Épisode suivant

Publicités

4 réflexions sur “💋 Chapitre 18

  1. histoirescecile13 dit :

    Merci pour ce bon chapitre ! J’ai remarqué que la capitaine semblait différente. Elle veut se rapprocher de notre héroine. J’espère que tous les cas qu’elle ne fera aucun couteau dans le dos ! On ne sait jamais mais pour l’instant, elle semble plutôt sincère en Hanna. Quant au métis, il ne perd rien pour attendre. C’est trop un effronté et il risque bien d’avoir de sérieux problèmes à cause de son dopage… J’ai vriament trop hâte de lire la suite. Gros bisous ma Alessandra. C’est toujours autant un plaisir que de te lire…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s