💋 Chapitre 38

Chapitre 38

Sara se tenait face à Theo avec un large sourire qui illuminait son visage. Elle s’approcha de l’adolescent et lui déposa un baiser au coin des lèvres malgré le mouvement recul de Theo. Sans quitter son sourire, elle se plaça aux côtés de l’homme adulte.

— Qu’est-ce que tu fais là ? demanda froidement Theo.

— Je voulais venir te voir et je suis tombée sur ton père qui m’a gentiment fait entrer, expliqua la jeune fille.

— Tu devrais partir.

— Pourquoi ? On devrait passer la soirée tous les trois.

— Quelle adorable idée ! s’enthousiasma le géniteur de Theo.

— Non, partez tous les deux ! s’écria Theo.

Sara posa sa main contre sa poitrine alors qu’elle ouvrit grandement la bouche de surprise mal jouée. Theo ricana intérieurement face à ses talents d’actrices ratées alors qu’il fronça les sourcils, adressant un regard sombre à son père.

— Partez avant que quelque chose de regrettable ne se passe, lâcha Theo. Partez ! cria-t-il.

Sara poussa un petit couinement craintif dont elle ne devait pas être particulièrement fière. Le géniteur de Theo s’approcha doucement de son fils. Son corps se pencha vers l’avant, son souffle chaud effleura l’oreille de l’adolescent, lui laissant une sensation désagréable qui traversa tout son corps.

— Quelque chose de regrettable, répéta-t-il dans un murmure. Comme ce que tu as fait avant de t’enfuir pendant une longue année loin de tes proches ?

Theo bouillonna de l’intérieur. Il avait envie de sauter sur son géniteur et le frapper avec toute la force qui s’était regroupée dans ses deux poings serrés.

— On devrait partir, annonça l’homme en s’adressant à Sara.

— Pourquoi ?

— Theo ne se sent pas très bien.

— Mais vous ne vivez pas ici ? questionna-t-elle bêtement.

— C’est… compliqué.

Sara hocha simplement la tête. Elle semblait avoir comprit que l’ambiance était tendue et qu’elle devrait mieux être loin avant que Theo n’explose. L’adolescente adressa un regard triste à Theo avant de quitter l’appartement suivi du géniteur du jeune garçon.

Theo n’attendit pas plus longtemps après le claquement de la porte derrière les deux intrus avant d’attraper ce qui lui tombait sous la main. Il lança contre un mur un vase qui se brisa en plusieurs morceaux. L’eau s’étala sur le carrelage alors que les magnolias tombèrent mollement contre le sol. L’adolescent commença à jeter au sol les cadres-photos et autres objets cassants sur les murs et les sols. Ses cris lui brûlaient l’œsophage, mais cela ne le stoppa pas.

Il continua sa destruction jusqu’à ce qu’il croisa une photo sous un cadre brisé. Il aperçu les sourires de John Sampson et de Melissa Gray alors que Hanna souriait en lui pinçant les joues. C’était une vieille photo datant de leurs huit ou neuf ans.

Les faibles vibrations qui précédèrent la sonnerie de son téléphone portable stoppèrent sa contemplation. Il attrapa son téléphone brusquement avant d’apercevoir le nom de Hanna s’afficher sur l’écran.

— Allô ? décrocha-t-il d’une voix brisée.

— Allô ? répéta Hanna en riant. C’est comme ça que tu décroches quand je t’appelle ?

Theo resta silencieux. Il se perdit à nouveau dans sa contemplation de diverses photos brisées au sol. Une larme perla au coin de son œil.

— Tout va bien ? interrogea Hanna.

La gorge de Theo semblait scellée. Aucuns sons ne voulaient en sortir. Il laissa échapper plusieurs larmes de rage mélangées à celles d’une tristesse qui l’envahissait soudainement.

— Theo ? Tu es là ?

— Je… je…

— Tu quoi ?

— Je… désolé… mon père… mon père était là.

— D’accord. J’arrive.

— Non, ne viens pas…

— Je ne te laisse pas le choix, je suis déjà en chemin.

— S’il te plait, supplia-t-il d’une voix brisée.

— Je veux être avec toi et je pense que tu le veux aussi après… ce qu’il vient de se passer.

Theo resta silencieux. Il avait raison. La présence de Hanna lui ferait du bien. Mais elle lui ferait aussi du mal. Il ne pouvait pas voir son doux visage au moment où les souvenirs de l’année dernière remontèrent à la surface. Il ne pouvait pas l’aimer alors qu’il était parti comme un lâche après avoir fait une chose terrible. Il ne pouvait pas. Il était pris au piège par son propre père.

Theo se coucha contre le canapé en enfuyant son visage dans ses mains. Il devait nettoyer le désordre mis dans l’appartement, mais la force lui manqua. Son corps semblait manquer d’énergie. Il se sentait vidé. La haine le quitta peu à peu pour laisser la tristesse le submerger entièrement. Theo était malheureux et le plus douloureux était qu’il était le seul et unique véritable responsable de son état actuel.

L’adolescent rouvrit les yeux lorsqu’il entendit quelqu’un tambouriner violemment la porte d’entrée.

— Theo ! Ouvre ! criait Hanna.

Il se leva doucement. Il observa brièvement son visage dans un miroir accroché au mur qui n’avait pas subi sa colère. Ses yeux étaient rouges et gonflés. Il ne voulait pas se présenter de cette manière à Hanna, mais ses cris depuis l’arrière de la porte l’obligèrent à lui ouvrir.

Hanna croisa le regard dévasté de Theo. Son visage était déformé par les larmes qui avaient sans doute coulés le long de ses joues. Elle entra dans l’appartement avant de rapidement se stopper en apercevant les débris de verre sur le sol.

— Qu’est-ce qu’il s’est passé ? questionna-t-elle.

Son regard croisa celui de Theo qui refermait mollement la porte d’entrée. Theo haussa les épaules avant de passer sa main contre sa joue.

— J’ai pété un câble…

— Qu’est-ce qu’il t’a dit ?

Theo ne répondit pas. Il se jeta de nouveau contre le canapé. Il regarda le plafond et se mit à compter les petites tâches dans la coloration de celui-ci. Hanna s’accroupit et déposa son visage contre le canapé. Elle passa délicatement sa main sur la joue de Theo afin que celui-ci daigne la regarder droit dans les yeux.

— Parle-moi, demanda-t-elle doucement.

— Je… ne peux pas.

Hanna s’apprêta à répondre lorsque la sonnerie de son portable retentit. Elle poussa un bruyant soupir avant de lire rapidement le message reçu.

— C’est Brooke, expliqua Hanna. Apparemment, elle s’est disputée avec Ryan et…

— Vas-y, coupa Theo.

— Je ne veux pas te laisser.

— J’ai besoin d’être seul et…

Theo se redressa brusquement. Il se positionna de façon assise, entourant le corps de Hanna de ses jambes. Hanna profita de cette position pour entourer le corps de son petit ami par la taille.

— Et je dois nettoyer l’appartement avant que ma mère revienne.

Theo enleva les mains de Hanna afin de se lever. Il lui tendit une main qu’elle attrapa et se leva à son tour. Theo replaça une mèche de ses cheveux derrière son oreille.

— Ne me rejette pas, demanda-t-elle en se mordillant la lèvre inférieure.

Theo secoua négativement la tête et l’embrassa brièvement. Ce baiser lui donna un goût amer. Il sentait comme s’il goûtait au fruit défendu.

— Je t’aime, dit Hanna.

— Je suis désolé.

— Je t’aime, répéta-t-elle.

Hanna déposa un baiser sur les lèvres de Theo. Elle essaya de prolonger leur baiser, mais Theo la repoussa. Hanna ferma brièvement les yeux avant que ses larmes ne remplissent entièrement ses yeux. Elle renifla avant de tourner les talons et de quitter l’appartement sans un mot supplémentaire.

— Je t’aime, répondit Theo lorsqu’il se retrouva de nouveau seul.

Hanna se laissa lourdement tombé sur le siège face à Brooke. Les deux amies se trouvèrent sur la terrasse d’un café où Brooke sirotait déjà un cocktail de couleur orangé où une rondelle de citron était coincée au bord du long verre.

— Alors ? Qu’est-ce qu’il y a eu ? demanda Hanna.

L’adolescente retenu son visage sur la paume de sa main alors que son coude se déposa contre la petite table ronde.

— On s’est disputé à cause de l’université, soupira Brooke.

Hanna observa son amie raconter les détails de sa dispute. Ryan qui veut se rendre à la même université que Brooke et la cheerleaders qui refuse. Elle esquissa un sourire en repensant à elle et Theo lorsqu’ils discutaient de ces détails avant de se mettre d’accord sur la Caroline du Nord.

— Pourrais-je avoir un jus d’ananas ? demanda Hanna à une serveuse.

— Bien, mademoiselle.

— Tu as quel âge ? Huit ans que tu commandes un jus d’ananas ? se moqua Brooke.

— Et toi, tu as quel âge pour boire de l’alcool ?

— Ce n’est pas de l’alcool. La preuve…

Brooke tendit son verre à Hanna qui l’éloigna de la paume de sa main. Brooke secoua sa boisson sous son nez.

— Goûte ! insista la capitaine.

Hanna poussa un profond soupir avant d’attraper le verre de ses deux mains. Elle inhala l’odeur fruitée avant de relever le verre afin que le liquide traverse sa gorge. Elle eut l’agréable surprise de boire un liquide au goût orange-pamplemousse.

— Alors ? demanda fièrement Brooke en récupérant son verre.

— Je m’incline, ce n’est pas de l’alcool.

Hanna paya sa consommation lorsque la serveuse revint avec son petit verre de jus d’ananas.

— Les garçons sont compliqués, soupira tristement l’adolescente.

— Il y a un problème avec Theo ? s’étonna Brooke.

— Pour résumer, il a récemment croisé la route d’une personne indésirable dans sa vie et cela le chamboule à chaque fois. Mais ici, c’était différent.

— Différent à quel point ?

— Il a carrément cassé pleins de choses chez lui et il m’a fortement rejeté.

— Il ne te rejetait pas avant ?

— Non. Enfin un petit peu, mais c’était différent. Nous étions encore amis à ce moment-là et…

— C’est pour ça, coupa Brooke. Les choses changent plus que ce que l’on voudrait quand on est un couple.

Hanna soupira tristement avant que la sonnerie du téléphone de Brooke ne retentisse.

— C’est ma grande sœur adorée Spencer, grimaça Brooke.

La cheerleaders répondit rapidement à l’appel avant de décrocher en poussant un long soupir.

— Madame veut que je rentre. Elle a préparé le repas.

— Bon appétit, ria Hanna.

— Merci, répondit Brooke en se levant. Et merci d’avoir été là pour moi.

— C’est normal, Brookie !

Hanna se leva et enlaça son amie dans ses bras avant que Brooke ne s’éloigne. Elle avança de quelques pas avant de se retourner.

— Hanna ?

— Oui ?

— Ne t’inquiète pas. Theo finira par revenir vers toi.

Hanna hocha simplement la tête. Brooke s’éloigna définitivement alors qu’elle resta encore quelques minutes afin de terminer de siroter son jus d’ananas. Elle tenait fermement son téléphone portable dans ses mains en espérant que Theo la contacte, mais il ne le fit pas. Elle aurait souhaité pouvoir être là pour lui, mais comment soutenir une personne qui nous rejette ?

— Excusez-moi, mademoiselle ?

Hanna releva les yeux vers un très grand homme aux muscles si saillants qu’elle pouvait y voir ses veines vertes ressortir. Sa peau était hâlée alors que son regard était sombre, mais chaleureux.

— Je peux vous aidez ? interrogea-t-elle.

— Peut-être, sourit-il. Tu es bien Hanna, n’est-ce pas ? J’ai entendu ton amie t’appeler ainsi avant de partir.

— Euh… oui… mais…

— Pardon ! s’excusa-t-il en riant. Je suis impoli.

L’inconnu passa une main sur son crâne rasé alors qu’il s’installait sur la chaise qu’occupait Brooke il y a encore cinq minutes.

— Je m’appelle Gregorio. Mais tu peux m’appeler Greg.

→ Épisode suivant

Publicités

5 réflexions sur “💋 Chapitre 38

  1. histoirescecile13 dit :

    Ah nan alors ! Maintenant ce Grégorio qui va se rajouter et faire monter la mayonnaise ! En plus il est pas mal…C’est Théo qui risque d’être très jaloux…mais Hanna l’aime trop….enfin je l’espère mais je n’ai pas de doute concernant ses sentiments envers Théo…Remarque…pour Théo c’est réciproque mais il a peur de lui devoiler son passé….les choses se corsent…mais j’adore ça. …et en prime l’apparition de ce nouveau personnage « Grégorio » ! Je passe une très bonne soirée en te lisant….MERCI !!! ET PLEIN DE BISOUS 😗😘😘😘😘

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s