💋 Chapitre 40

Chapitre 40

Theo verrouilla porte de sa chambre à clé. Il ne voulait pas prendre le risque de voir sa mère le rejoindre à l’intérieur de sa pièce personne. Il enfonça rapidement ses écouteurs dans ses oreilles et laissa submerger par la musique. Theo ne doutait pas de l’amour que lui portait sa mère, mais sa façon d’avoir réagi lui fit comprendre à quel point sa douleur et sa déception étaient grandes. Theo avait gâché sa vie en essayant de la sauver, mais il avait également gâché la sienne et surtout celle de Hanna.

Par rage, il donna un violent coup de poing contre sa porte, ce qui fit tomber un cadre photo de lui et son oncle James qui se trouvait sur le bureau adossé contre le même mur. La douleur physique n’était en rien comparable à la douleur psychologique qu’il ressentait actuellement.

Theo attrapa nerveusement la boite de médicament au fond du tiroir de sa commande et en sortit deux petites pilules d’antidouleur qu’il utilisait avant tout pour sa blessure aux côtes qu’il avait subie lors d’un entraînement de basket.

L’adolescent se laissa lourdement tomber sur son lit qui grinça sous son poids. Il enfoui son visage entre ses mains et ferma les yeux, continuant à s’assourdir par la musique dans ses oreilles.

Il repensa au jour où Hanna était restée dormir, à sa façon de le regarder comme s’il était la meilleure personne au monde. Il éclata d’un rire nerveux, étouffé par les paumes de ses mains.

— Si tu savais à quel point je ne suis pas quelqu’un de bien, dit-il dans un murmure.

Theo se releva et s’adossa contre la tête de son lit. Il attrapa son téléphone portable coincé au fond de la poche de son jeans et remarqua la dizaine d’appels manqués de Hanna suivis de nombreux messages qu’il effaça sans prendre la peine de les lire. Il devait s’éloigner d’elle. Il en était conscient, mais en était incapable. Hanna était son tout. Elle l’avait toujours été. Elle était celle qui lui rappelait qu’il ne faisait pas qu’exister sur cette Terre, mais qu’il était bel et bien vivant.

Theo pensa soudainement au devoir d’écriture que leur avait confié leur professeur de littérature dans un but d’apercevoir comment eux, auteurs d’un jour, mettaient une histoire en place avec les raisonnements appris lors des nombreuses heures de cours. Un auteur pense-t-il réellement à telle ou telle forme lorsqu’il écrit ? Theo se rendait compte que non. Ou peut-être n’était-il tout simplement pas aussi avec les mots que pouvait l’être Hanna.

« Laisse-moi croire que rien de tout cela n’existe. Laisse-moi croire que nous avons encore tout l’avenir pour nous appartenir. »

Theo griffonna une feuille de brouillon de cette phrase qui ne signifiait rien et tout à la fois.

« Tu es ma destinée. Tu es mon étoile filante. Et je suis le trou noir dans lequel tu vas disparaître. »

Theo posa son stylo sur le bois de son bureau et redressa la feuille dans ses mains. Il relu deux ou trois fois ses deux courtes phrases avant de ranger sa feuille dans un tiroir. Theo enleva ses écouteurs qu’il rangea également dans le fond du tiroir. Il attrapa son téléphone portable qu’il avait laissé sur son lit et composa le numéro de Hanna qu’il connaissait par cœur. Son pouce se positionna sur le bouton du téléphone vert sans appuyer dessus. Il hésita quelques minutes avant qu’il n’entende quelqu’un tambouriner contre sa porte close.

— Theo ? l’appelait sa mère.

— Laisse-moi !

— S’il te plait. J’aimerais qu’on discute.

Theo se dirigea vers la porte et s’y adossa en s’accroupissant.

— Qu’on discute de quoi ? cria-t-il. Qu’on discute du fait que je suis ta plus grosse déception ? Que ma place n’est clairement pas tranquillement dans cette chambre ?

— S’il te plait, insista Jennifer.

— Laisse-moi. J’aimerais me reposer.

Jennifer tourna la poignée, mais elle se rendit rapidement compte que la porte était verrouillée. Theo se redressa et récupéra ses écouteurs. Il se sentit stupide de penser que revenir à la réalité serait une bonne chose. Il souhaitait retourner dans son monde parfait que lui dessinait les tempos musicaux.

Perdu dans ses pensées, Theo n’aperçu pas l’écran de son téléphone portable s’allumer avec, d’afficher, le prénom de Hanna.

— Il ne me répond toujours pas, râla Hanna.

L’adolescente reposa brusquement son téléphone sur le lit de Riley qui la regardait tristement. Hanna plongea brièvement son visage dans ses mains avant de regarder son amie.

— Peut-être qu’il est occupé…

— Riley, tu as perdu tes talents pour remonter le moral de tes amies, blagua nerveusement Hanna.

— Je suis désolée. Je ne sais tout simplement pas quoi dire. J’ai l’impression que tout ce que je pourrais dire serait assez… banal et inutile.

— Je n’ai pas besoin de tes paroles. J’ai besoin de ta présence. Et je suis contente que tu sois là.

— Et je suis contente d’être là pour toi, sourit Riley.

Hanna rentra chez elle après une dizaine de minutes supplémentaires entre discussion avec Riley et tentatives désespérées de joindre Theo. La nuit était désormais tombée et elle imagina qu’elle croiserait Theo à l’intersection d’un couloir au lycée. Cette pensée lui fit plus de mal que de bien.

Hanna hésita un instant à effectuer à détour pour retourner chez Theo, mais se ravisa. L’idée de retrouver le père de Theo et lui demander de partir effleura son esprit, mais elle n’était qu’une adolescente de presque 18 ans qui n’aurait certainement aucune influence sur cet adulte destructeur. Peut-être que son père n’était pas l’unique raison de son rejet. Peut-être ne voulait-il plus du tout d’elle ? Peut-être ne l’aimait-il tout simplement plus ?

Hanna chassa ses sombres idées et envoya un dernier message rempli d’espoirs à Theo lorsqu’elle remonta dans sa chambre. Elle se mit rapidement sous ses couettes, le cœur lourd et les yeux rougis de larmes.

Hanna ferma les paupières en reniflant sans s’apercevoir qu’apparaissait, sur l’écran de son téléphone portable, le prénom de Theo.

→ Épisode suivant

Publicités

5 réflexions sur “💋 Chapitre 40

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s