💋 Chapitre 46

Chapitre 46

Hanna était assise derrière sur une chaise qu’elle trouvait inconfortable. Le métal lui procurait des frissons contre ses jambes malgré le jeans qu’elle portait. Ses ongles tapotaient nerveusement le bureau clair alors que son autre main retenait son visage au niveau de son cou.

Face à elle, un homme d’environ trente cinq ans tenait de nombreuses feuilles en impression A4 dans ses mains. Il était assis face à elle, le regard plongé dans ses documents depuis une dizaine de minutes de silence avant qu’il ne se décide à se lever.

Hanna aurait cru entendre des soupirs de soulagement derrière son dos. Elle regarda par-dessus son épaule avant de secouer la tête en croisant un regard en particulier. Elle reporta son attention sur l’homme qui s’était levé et s’était mis à distribuer les documents aux élèves de sa classe de littérature avancée.

— Nous allons finalement pouvoir travailler sur comment vous, auteur d’un temps, avez fait pour écrire… ce que vous m’avez écrit.

Une étudiante poussa un petit cri de joie lorsque le professeur la complimenta sur son histoire. Son comportement rendu l’ambiance de la classe moins tendue.

— Monsieur Branson, s’il vous plait… on n’en peut plus d’attendre !

Un étudiant le suppliait de lui rendre son document, ce qui accentua davantage la longueur du professeur. Il lui désigna son manuscrit avant de la placer à la fin de la pile qu’il tenait dans ses mains. L’étudiant en question râla dans ses dents, ce qui fit rire quelques élèves à ses côtés.

— Vous avez de la chance, monsieur Harris, je préfère vous donner votre manuscrit d’abord car je souhaiterais terminer par celui de mademoiselle Sampson.

Hanna releva le menton vers son professeur. Elle l’aperçu esquisser un sourire en s’approchant doucement d’elle. Il la scruta longuement, tenant toujours son manuscrit dans ses grandes mains où Hanna aperçu sa bague de mariage.

— Les filles pensent réellement que je suis un prof attirant ? questionna-t-il en riant.

Hanna se sentit rougir. Elle aperçu des regards surpris se tourner vers elle et elle cacha dans ses cheveux durant quelques secondes avant de relever son visage vers son professeur.

— Je suis flatté, dit-il en se tournant vers le reste de la classe. Mais je suis marié.

Il appuya ses propos par le secouement de sa main où brillait une bague en argent gravé d’une phrase que Hanna ne savait pas lire de là où elle se trouvait. Son professeur se tourna de nouveau vers elle et observa la première page du manuscrit où était indiqué le nom de l’adolescente.

— Tu n’as pas mis de titre, regretta-t-il.

— Je n’en trouvais aucun qui correspondait à ce type d’histoire, avoua-t-elle.

Le professeur releva son regard vers le sien. Ses mains tenaient si fermement le papier blanc que des traces de sa saisie se formaient autour de ses doigts.

— J’aime toujours autant tes écrits, Hanna. Ils sont…

Le professeur leva les yeux au plafond et prit une profonde inspiration en cherchant les termes adéquats.

— Ils sont d’une beauté tragique. Je me demande d’où puises-tu cette imagination si dramatique.

Hanna se contenta de hausser les épaules. Elle n’avait pas envie de répondre à la question de son professeur. Après tout, les écrivains sont comme des magiciens : ils ne révèlent jamais leurs secrets.

— Mais cette histoire a quelque chose qui m’intrigue, poursuivit-il.

— Ah bon ? s’étonna Hanna.

— J’ai l’impression qu’il n’y a pas de fin.

— C’est parce qu’il n’y a pas réellement de fin. Elle est libre à imaginer pour le lecteur.

— Tu es sûre ? Je pensais que la fin serait… subjective. Comme le reste de ton histoire.

— Que voulez-vous dire ?

— Je veux dire… ton histoire se déroule sans qu’on ne sache vraiment de quoi elle en retourne. On dirait qu’il n’y a pas de fil conducteur. Et pourtant, on sait que l’histoire mène quelque part, mais chaque indice semble cacher.

Hanna resta silencieuse. Elle attendit sagement que son professeur poursuive, mais il semblait s’être perdu dans un monde que lui seul connaissait et avait accès.

— Ou peut-être est-ce parce que l’histoire n’est pas finie, rajouta-t-il en haussant les épaules.

— Je suppose que c’est un petit peu de tout ça.

— Parce qu’on se demande tellement de choses ! s’exclama-t-il soudainement avec un grand enthousiasme.

Hanna inclina son visage alors qu’elle observait son manuscrit se mettre à voler dans les airs et dans tous les sens, suivant les mouvements des bras de son professeur.

— Tu as nommé ton personnage « Hanna », de la même façon que toi. Je suppose que tu as voulu mettre plus d’intimité entre ce personnage et toi.

— En quelque sorte, répondit Hanna, mais son professeur ne l’écoutait pas.

— Est-ce que Hanna pardonnera à Theo ? Va-t-elle le dénoncer à la police ou va-t-elle seulement parler de Greg ? Qu’adviendra-t-il de leur histoire ? Vont-ils rester ensemble ? Peut-t-elle au moins envisager de lui pardonner après cette histoire ?

— Je suppose que personne ne le sait vraiment.

Le professeur baissa les yeux vers son élève. Il remarqua le regard triste de la jeune fille alors que le reste de son visage montrait des signes d’agacement.

— De toute façon, soupira Hanna. Ce n’est que de la fiction. Une histoire qui vient de là…

Hanna désigna son crâne en le pointant du doigt alors que le professeur fronçait de plus en plus les sourcils en la scrutant.

— De la fiction, répéta-t-il.

— Une histoire écrite uniquement pour votre cours, affirma Hanna.

Le professeur resta encore quelques secondes à la scruter en silence avant qu’il ne lui tende son manuscrit. Hanna l’attrapa d’une main, mais son professeur ne le lâchait toujours pas.

— Ca été un réel plaisir de lire ton histoire, Hanna. Tes écrits sont toujours…

— D’une beauté tragique, coupa-t-elle. Je sais, vous l’avez déjà dit.

— Pas seulement. Ils sont toujours pleins d’interrogations et de leçons cachées. L’amour peut-il résoudre tout ? Au final, elle est là la grande question, non ?

— Je n’ai pas réfléchi à la grande question, monsieur.

— Je pense que nous allons nous amuser à analyser la manière dont tu as écrit.

Le professeur lâcha finalement le manuscrit qui tomba mollement contre le banc. Hanna lissa la première page de couverture et lu les mots inscrits sur celle-ci.

« Hanna Sampson – Sans titre

Classe de littérature avancée – Mr. Branson. »

Elle tourna la première page où elle avait inscrit les remerciements et remarqua l’écriture de son professeur. Des lettres rouges alignées sur le papier blanc. Hanna releva les yeux.

Le professeur sortit de son sac de professeur une bouteille d’eau qu’il plaça sur son bureau avant de relever ses yeux vers Hanna. Ce fut comme s’il avait ressentit le regard pesant de son élève sur lui. Il l’interrogea du regard avant de voir ses lèvres prononcées un mot silencieux : « Merci. »

Il ne comprit pas avant de voir son manuscrit ouvert sur sa note personnelle.

« Trouve un moyen. »

→ Épisode suivant

Publicités

8 réflexions sur “💋 Chapitre 46

  1. histoirescecile13 dit :

    Je viens de lire la suite. Notre Hanna a raconté l’histoire de deux amis d’enfance Théo et Hanna et qui ont fini par tomber amoureux l’un de l’autre…mais Théo a tout gâché en participant à un braquage d’une supérette….la grande question est : est-ce que notre héroïne pardonnera à Théo d’avoir commis le pire et disons l’irréparable ? Pour ma part je dirais oui… Mais je dois absolument connaître la suite….un chapitre très surprenant auquel je ne m’attendais pas du tout….j’adore…

    Aimé par 1 personne

  2. paulinelaloux dit :

    Hiii ! Plus que l’épilogue 😍 Ça veut dire que ça fait déja 1 mois ½ que tu as commencé à poster ton histoire 😱 J’ai l’impression que c’était la semaine dernière 😂
    Et hop, une belle histoire sur ton blog ! 🙂 Bisous 💟

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s